Telegram a introduit une plainte formelle auprès de l'UE à l'encontre des pratiques commerciales d'Apple. Voilà ce qu'on peut lire dans The Financial Times et qui a été confirmé par Telegram au site web spécialisé TechCrunch. Selon le journal, Telegram se plaint de la position monopolistique d'Apple au niveau de son App Store. L'entreprise estime qu'on devrait pouvoir aussi installer sur un iPhone ou tout autre appareil d'Apple des applis telles Telegram en dehors de l'App Store. Apple se serait aussi indûment opposée à une plate-forme de jeux que Telegram voulait lancer en 2016 via l'App Store.

De plus, les 30 pour cent sont manifestement une sacrée pierre d'achoppement: c'est là le pourcentage que les développeurs doivent rétrocéder à Apple sur toutes les rentrées générées dans leurs applis - ce qu'on appelle en jargon les achats 'in-app'. Telegram conteste le fait qu'Apple ait réellement besoin de ces revenus pour maintenir opérationnelle sa boutique en ligne. Lors des auditions d'hier, le CEO d'Apple, Tim Cook, s'est du reste vu poser quelques questions à ce sujet. "Qu'est-ce qui vous empêcherait de faire passer ce tarif à, disons, 50%?", lui a demandé un membre du congrès. Cook a éludé la question en répondant que le tarif de 30 pour cent n'avait jamais été modifié depuis le lancement de l'App Store.

Telegram n'est pas la seule entreprise à avoir introduit ce genre de plainte. Précédemment déjà, Spotify avait en effet elle aussi déposé une plainte auprès de l'Union européenne, de même que la japonaise Rakuten. La Commission européenne a entre-temps démarré une enquête à propos d'un possible abus de position dominante de la part d'Apple.

Le directeur de Telegram, Pavel Durov, a il y a quelques jours encore posté un communiqué en ligne portant le titre évocateur suivant: "7 raisons pour lesquelles chaque utilisateur d'un iPhone doit être inquiet à propos de la perception de 30% dans l'App Store".

Telegram a introduit une plainte formelle auprès de l'UE à l'encontre des pratiques commerciales d'Apple. Voilà ce qu'on peut lire dans The Financial Times et qui a été confirmé par Telegram au site web spécialisé TechCrunch. Selon le journal, Telegram se plaint de la position monopolistique d'Apple au niveau de son App Store. L'entreprise estime qu'on devrait pouvoir aussi installer sur un iPhone ou tout autre appareil d'Apple des applis telles Telegram en dehors de l'App Store. Apple se serait aussi indûment opposée à une plate-forme de jeux que Telegram voulait lancer en 2016 via l'App Store.De plus, les 30 pour cent sont manifestement une sacrée pierre d'achoppement: c'est là le pourcentage que les développeurs doivent rétrocéder à Apple sur toutes les rentrées générées dans leurs applis - ce qu'on appelle en jargon les achats 'in-app'. Telegram conteste le fait qu'Apple ait réellement besoin de ces revenus pour maintenir opérationnelle sa boutique en ligne. Lors des auditions d'hier, le CEO d'Apple, Tim Cook, s'est du reste vu poser quelques questions à ce sujet. "Qu'est-ce qui vous empêcherait de faire passer ce tarif à, disons, 50%?", lui a demandé un membre du congrès. Cook a éludé la question en répondant que le tarif de 30 pour cent n'avait jamais été modifié depuis le lancement de l'App Store.Telegram n'est pas la seule entreprise à avoir introduit ce genre de plainte. Précédemment déjà, Spotify avait en effet elle aussi déposé une plainte auprès de l'Union européenne, de même que la japonaise Rakuten. La Commission européenne a entre-temps démarré une enquête à propos d'un possible abus de position dominante de la part d'Apple.