C'est l'organisation de soins pour seniors Curando qui en sentit le besoin, selon la responsable de projet Lissa Boone: 'Nous nous occupons chaque jour qui passe de prendre soin des personnes âgées et observons que de l'aide s'avère nécessaire, si elles veulent continuer d'habiter chez elles plus longtemps. Elles ne peuvent en effet plus faire tout elles-mêmes. En même temps, nous avons bien dû constater que nous ne pouvions pas assumer ces tâches nous-mêmes. C'est ainsi qu'a germé l'idée d'une plate-forme de partage mettant en contact les personnes ayant besoin d'aide et les bénévoles désireux de leur donner un coup de main.'

Conjointement avec son partenaire software CEVI, Curando a donc développé une plate-forme en ligne où peuvent se retrouver demandeurs et fournisseurs d'aide et ce, dans six catégories différentes: transport, baby-sitting, tâches ménagères, courses, dialogue et assistance numérique. Baby-sitting? Boone acquiesce: 'Nous nous sommes rapidement rendus compte qu'il est malaisé de limiter une plate-forme partagée à un seul type d'utilisateur et que donc, d'autres groupes-cibles, comme des personnes travaillant à deux avec enfants, peuvent aussi avoir besoin d'aide. Donc oui, il est aussi possible de réserver un/une baby-sitter via notre plate-forme.'

Directement assurés

Du fait que Welbi est reconnue comme plate-forme de partage, les bénévole, qui proposent leurs services, peuvent gagner jusqu'à 6.390 euros par an à un tarif fiscal favorable. 'Ce sont les demandeurs d'aide qui fixent le tarif en fonction de ce qu'ils recherchent', explique la responsable de projet. 'Les bénévoles sont du reste tous directement assurés, lorsqu'ils acceptent de remplir une tâche. Le paiement s'effectue au moyen d'un module classique comme on en trouve dans chaque magasin web, une fois que le demandeur a approuvé le travail exécuté. Et en cas de litige, il existe un mode de contestation.'

Welbi
© Welbi

Depuis le lancement le 15 mars, Boone a vu croître lentement les mouvements sur la plate-forme: 'C'est encore tôt, mais il s'y passe déjà pas mal de choses. L'objectif est à présent de la faire connaître. Dans ce but, nous avons entre autres conclu un partenariat avec l'organisation rurale FERM, ancrée de manière très locale. Nombre d'administrations affichent aussi de l'intérêt pour une collaboration avec nous. Et comme notre groupe-cible ne se trouve effectivement pas toujours en ligne, nous avons prévu dans toute la Flandre divers points de contact Welbi, où les personnes sont accompagnées pour lancer leur demande d'aide.'

Service social

Tant Curando que CEVI ont investi dans le développement de la plate-forme, mais l'objectif n'est pas de faire de Welbi une entreprise. 'Nous nous considérons comme un service social', explique Boone. 'Nous demandons uniquement un supplément de deux euros par heure de la part du demandeur d'aide, afin de couvrir les frais d'administration et d'assurance. A part cela, nous n'avons aucun projet commercial.'

Welbi

Siège social: Ruiselede

Finances: aucun projet

Site web: Welbi.be

C'est l'organisation de soins pour seniors Curando qui en sentit le besoin, selon la responsable de projet Lissa Boone: 'Nous nous occupons chaque jour qui passe de prendre soin des personnes âgées et observons que de l'aide s'avère nécessaire, si elles veulent continuer d'habiter chez elles plus longtemps. Elles ne peuvent en effet plus faire tout elles-mêmes. En même temps, nous avons bien dû constater que nous ne pouvions pas assumer ces tâches nous-mêmes. C'est ainsi qu'a germé l'idée d'une plate-forme de partage mettant en contact les personnes ayant besoin d'aide et les bénévoles désireux de leur donner un coup de main.'Conjointement avec son partenaire software CEVI, Curando a donc développé une plate-forme en ligne où peuvent se retrouver demandeurs et fournisseurs d'aide et ce, dans six catégories différentes: transport, baby-sitting, tâches ménagères, courses, dialogue et assistance numérique. Baby-sitting? Boone acquiesce: 'Nous nous sommes rapidement rendus compte qu'il est malaisé de limiter une plate-forme partagée à un seul type d'utilisateur et que donc, d'autres groupes-cibles, comme des personnes travaillant à deux avec enfants, peuvent aussi avoir besoin d'aide. Donc oui, il est aussi possible de réserver un/une baby-sitter via notre plate-forme.'Du fait que Welbi est reconnue comme plate-forme de partage, les bénévole, qui proposent leurs services, peuvent gagner jusqu'à 6.390 euros par an à un tarif fiscal favorable. 'Ce sont les demandeurs d'aide qui fixent le tarif en fonction de ce qu'ils recherchent', explique la responsable de projet. 'Les bénévoles sont du reste tous directement assurés, lorsqu'ils acceptent de remplir une tâche. Le paiement s'effectue au moyen d'un module classique comme on en trouve dans chaque magasin web, une fois que le demandeur a approuvé le travail exécuté. Et en cas de litige, il existe un mode de contestation.'Depuis le lancement le 15 mars, Boone a vu croître lentement les mouvements sur la plate-forme: 'C'est encore tôt, mais il s'y passe déjà pas mal de choses. L'objectif est à présent de la faire connaître. Dans ce but, nous avons entre autres conclu un partenariat avec l'organisation rurale FERM, ancrée de manière très locale. Nombre d'administrations affichent aussi de l'intérêt pour une collaboration avec nous. Et comme notre groupe-cible ne se trouve effectivement pas toujours en ligne, nous avons prévu dans toute la Flandre divers points de contact Welbi, où les personnes sont accompagnées pour lancer leur demande d'aide.'Tant Curando que CEVI ont investi dans le développement de la plate-forme, mais l'objectif n'est pas de faire de Welbi une entreprise. 'Nous nous considérons comme un service social', explique Boone. 'Nous demandons uniquement un supplément de deux euros par heure de la part du demandeur d'aide, afin de couvrir les frais d'administration et d'assurance. A part cela, nous n'avons aucun projet commercial.'