Des collaborateurs dans l'industrie manufacturière, des opérateurs de terrain chargés de l'après-vente sur site chez les clients: voilà bien des profils difficiles à trouver parfois. Donc plus les entreprises peuvent recruter rapidement du nouveau personnel, mieux c'est. Et c'est sur ce point que Ben Mahy et les autres co-fondateurs de SupportSquare ont trouvé la solution en recourant à la réalité tant augmentée que virtuelle. A l'aide de ces deux techniques, SupportSquare met au point des outils de guidage, de coaching et d'apprentissage.

Commençons par la formation: SupportSquare dispose d'un portail web, sur lequel un employeur peut élaborer un cours pour un emploi spécifique. Par la réalité virtuelle, l''élève' reçoit des explications sur les travaux qu'il aura à accomplir, et apprend ainsi activement et sans risque. 'C'est pratique pour les opérateurs dans l'industrie manufacturière qui doivent souvent apprendre des procédures complexes', déclare Mahy.

'Wearable'

Pour le coaching, la start-up a développé une solution, par laquelle les collaborateurs expérimentés peuvent suivre à distance leurs collègues sur le terrain. 'La connaissance est ainsi vite partagée. Et puis, il y a encore le volet guidage', conclut le managing director. 'Grâce à des modes d'emploi consultables par le biais de la réalité augmentée sur son 'wearable', l'opérateur de terrain peut effectuer rapidement aussi ses réparations.'

'En tant que solution SaaS, SupportSquare tourne dans le nuage', explique Mahy. 'Mais à la demande du client, nous pouvons aussi fournir des verres intelligents ou des lunettes VR connexes.' Et les clients ont facilement déjà trouvé l'itinéraire les menant à l'entreprise qui a été fondée en 2018. 'Ce sont surtout les fabricants de machines comme Atlas Copco, Baxter, Gea, GF et JBT qui voient un avantage dans notre offre. Tant lors de l'assemblage que pour la fourniture de services après-vente, on trouve malaisément du personnel qualifié. Nos solutions garantissent un développement plus rapide.'

Sillage

Actuellement, la croissance est à mettre au compte d'activités répétées, de ventes directes et de publicité de type 'bouche à oreille'. 'Il existe encore pas mal de potentiel en marketing automation', déclare Mahy. 'Mais nous avons ici encore pas mal de pain sur la planche'. L'internationalisation s'effectue provisoirement dans le sillage des clients existants. 'En tant qu'entreprise SaaS, nous ne disposons pas directement des plans pour ouvrir des filiales à l'étranger.'

Pour sa technologie, SupportSquare a trouvé un soutien bienveillant chez VLAIO, qui complètera un premier subside de 300.000 euros par un second de 200.000 euros. En outre, la jeune pousse occupant vingt personnes entend temporairement se suffire à elle-même avec les rentrées qu'elle génère. 'Nous n'envisageons pour l'instant pas de récolter du capital extérieur', conclut le fondateur.

SupportSquare

Siège social: Gand

Nombre d'associés: 4 (20 équivalents temps plein)

Finances: aucun projet

Site web: SupportSquare.io

Des collaborateurs dans l'industrie manufacturière, des opérateurs de terrain chargés de l'après-vente sur site chez les clients: voilà bien des profils difficiles à trouver parfois. Donc plus les entreprises peuvent recruter rapidement du nouveau personnel, mieux c'est. Et c'est sur ce point que Ben Mahy et les autres co-fondateurs de SupportSquare ont trouvé la solution en recourant à la réalité tant augmentée que virtuelle. A l'aide de ces deux techniques, SupportSquare met au point des outils de guidage, de coaching et d'apprentissage.Commençons par la formation: SupportSquare dispose d'un portail web, sur lequel un employeur peut élaborer un cours pour un emploi spécifique. Par la réalité virtuelle, l''élève' reçoit des explications sur les travaux qu'il aura à accomplir, et apprend ainsi activement et sans risque. 'C'est pratique pour les opérateurs dans l'industrie manufacturière qui doivent souvent apprendre des procédures complexes', déclare Mahy.Pour le coaching, la start-up a développé une solution, par laquelle les collaborateurs expérimentés peuvent suivre à distance leurs collègues sur le terrain. 'La connaissance est ainsi vite partagée. Et puis, il y a encore le volet guidage', conclut le managing director. 'Grâce à des modes d'emploi consultables par le biais de la réalité augmentée sur son 'wearable', l'opérateur de terrain peut effectuer rapidement aussi ses réparations.''En tant que solution SaaS, SupportSquare tourne dans le nuage', explique Mahy. 'Mais à la demande du client, nous pouvons aussi fournir des verres intelligents ou des lunettes VR connexes.' Et les clients ont facilement déjà trouvé l'itinéraire les menant à l'entreprise qui a été fondée en 2018. 'Ce sont surtout les fabricants de machines comme Atlas Copco, Baxter, Gea, GF et JBT qui voient un avantage dans notre offre. Tant lors de l'assemblage que pour la fourniture de services après-vente, on trouve malaisément du personnel qualifié. Nos solutions garantissent un développement plus rapide.'Actuellement, la croissance est à mettre au compte d'activités répétées, de ventes directes et de publicité de type 'bouche à oreille'. 'Il existe encore pas mal de potentiel en marketing automation', déclare Mahy. 'Mais nous avons ici encore pas mal de pain sur la planche'. L'internationalisation s'effectue provisoirement dans le sillage des clients existants. 'En tant qu'entreprise SaaS, nous ne disposons pas directement des plans pour ouvrir des filiales à l'étranger.'Pour sa technologie, SupportSquare a trouvé un soutien bienveillant chez VLAIO, qui complètera un premier subside de 300.000 euros par un second de 200.000 euros. En outre, la jeune pousse occupant vingt personnes entend temporairement se suffire à elle-même avec les rentrées qu'elle génère. 'Nous n'envisageons pour l'instant pas de récolter du capital extérieur', conclut le fondateur.