Bien avant que la covid-19 ne se manifeste, des sonnettes d'alarme s'étaient déjà fait entendre chez Solvay. Quelque part en 2017, une enquête effectuée parmi ses 26.000 employés avait en effet généré des signaux inquiétants. Les collaborateurs ne se sentaient pas maîtres de leur carrière, et ce cloisonnement d'idées n'était pas non plus vraiment motivant: il manquait une pollinisation croisée entre différents services. 'Et voilà quelle fut la base de notre travail', déclare Kristof Stevens, chief growth officer chez Huapii.

Une plate-forme fut développée, afin que les collaborateurs prennent eux-mêmes leur carrière en main. 'Considérez-la comme une sorte de LinkedIn interne', explique Stevens. 'Pour commencer, tout un chacun liste ses compétences et indique son désir d'encore les améliorer. On sait ainsi d'emblée qui s'y connaît en copywriting et à qui il faut s'adresser pour rédiger un message à poster sur un blog. Et si cela doit se faire en néerlandais, on sait directement qui peut s'en charger.'

Feedback

En outre, l'outil met aussi nettement l'accent sur le feedback. 'Au lieu d'attendre l'entretien d'évaluation annuel, nous donnons à présent la possibilité de s'informer mutuellement de manière permanente sur ce qui fonctionne bien ou moins bien. Et comme nous observons que ce genre de chose n'est pas seulement important en interne, les clients ou les fournisseurs peuvent également y être impliqués. Enfin, il est possible aussi d'examiner votre évolution personnelle. Vous indiquez vos objectifs de croissance, jusqu'où vous souhaitez aller au niveau de votre carrière, pour ainsi demeurer maître de votre propre développement.'

Pourquoi avoir choisi Huapii? 'Il s'agit de la contraction de 'human' et de 'happy', mais on y trouve aussi 'api', car notre plate-forme intègre facilement d'autres logiciels, tels Active Directory ou certains outils RH. Sur le plan commercial, nous fonctionnons selon un modèle SaaS: vous payez un abonnement par collaborateur et par mois. En outre, nous misons aussi sur une offre de services, car nous avons constaté qu'il est intéressant d'accompagner les clients lors de la mise en oeuvre d'une culture de feedback. En proposant cela également, notre plate-forme est adoptée nettement plus vite.'

A l'étranger

Deux ans après que l'outil a été mis au point chez Solvay, Huapii est devenue une entreprise indépendante fin 2019. 'Nous avons remarqué que les collaborateurs de Solvay ont avidement adhéré à notre solution et nous étions aussi certains que ce géant n'était pas la seule firme aux prises avec les mêmes problèmes. Aujourd'hui, nous avons une dizaine de clients représentant quelque 40.000 utilisateurs sur la plate-forme. A présent, nous cherchons déjà à nous étendre au nord, à savoir aux Pays-Bas et en Scandinavie. Pour pénétrer sur ces marchés, nous voulons bientôt être présents lors d'événements organisés aux Pays-Bas et à Helsinki. Nous ressentons en effet fortement une accélération du marché, à laquelle nous voulons réagir.'

Pour le développement et le lancement de sa plate-forme, Huapii a pu compter sur un prêt de 500.000 euros chez PNVZ. Ce montant fut complété par une injection de capital de même hauteur par des investisseurs privés, dont la famille Solvay, qui a investi 300.000 euros. 'A présent, nous envisageons une nouvelle phase de financement, afin de supporter notre extension à l'étranger', ajoute Stevens. 'Dans ce but, nous souhaiterions recueillir un montant de quelque 2,5 millions et nous comptons pour cela sur des capital-risqueurs. Nous avons déjà entamé des premières négociations avec des personnes intéressées chez nous, mais aussi en Grande-Bretagne.'

Huapii

Siège social: Puurs

Nombre d'associés: 4

Finances: une nouvelle phase de capitalisation d'un montant de 2,5 millions d'euros à plus longue échéance

Site web: Huapii.com

Bien avant que la covid-19 ne se manifeste, des sonnettes d'alarme s'étaient déjà fait entendre chez Solvay. Quelque part en 2017, une enquête effectuée parmi ses 26.000 employés avait en effet généré des signaux inquiétants. Les collaborateurs ne se sentaient pas maîtres de leur carrière, et ce cloisonnement d'idées n'était pas non plus vraiment motivant: il manquait une pollinisation croisée entre différents services. 'Et voilà quelle fut la base de notre travail', déclare Kristof Stevens, chief growth officer chez Huapii.Une plate-forme fut développée, afin que les collaborateurs prennent eux-mêmes leur carrière en main. 'Considérez-la comme une sorte de LinkedIn interne', explique Stevens. 'Pour commencer, tout un chacun liste ses compétences et indique son désir d'encore les améliorer. On sait ainsi d'emblée qui s'y connaît en copywriting et à qui il faut s'adresser pour rédiger un message à poster sur un blog. Et si cela doit se faire en néerlandais, on sait directement qui peut s'en charger.'En outre, l'outil met aussi nettement l'accent sur le feedback. 'Au lieu d'attendre l'entretien d'évaluation annuel, nous donnons à présent la possibilité de s'informer mutuellement de manière permanente sur ce qui fonctionne bien ou moins bien. Et comme nous observons que ce genre de chose n'est pas seulement important en interne, les clients ou les fournisseurs peuvent également y être impliqués. Enfin, il est possible aussi d'examiner votre évolution personnelle. Vous indiquez vos objectifs de croissance, jusqu'où vous souhaitez aller au niveau de votre carrière, pour ainsi demeurer maître de votre propre développement.'Pourquoi avoir choisi Huapii? 'Il s'agit de la contraction de 'human' et de 'happy', mais on y trouve aussi 'api', car notre plate-forme intègre facilement d'autres logiciels, tels Active Directory ou certains outils RH. Sur le plan commercial, nous fonctionnons selon un modèle SaaS: vous payez un abonnement par collaborateur et par mois. En outre, nous misons aussi sur une offre de services, car nous avons constaté qu'il est intéressant d'accompagner les clients lors de la mise en oeuvre d'une culture de feedback. En proposant cela également, notre plate-forme est adoptée nettement plus vite.'Deux ans après que l'outil a été mis au point chez Solvay, Huapii est devenue une entreprise indépendante fin 2019. 'Nous avons remarqué que les collaborateurs de Solvay ont avidement adhéré à notre solution et nous étions aussi certains que ce géant n'était pas la seule firme aux prises avec les mêmes problèmes. Aujourd'hui, nous avons une dizaine de clients représentant quelque 40.000 utilisateurs sur la plate-forme. A présent, nous cherchons déjà à nous étendre au nord, à savoir aux Pays-Bas et en Scandinavie. Pour pénétrer sur ces marchés, nous voulons bientôt être présents lors d'événements organisés aux Pays-Bas et à Helsinki. Nous ressentons en effet fortement une accélération du marché, à laquelle nous voulons réagir.'Pour le développement et le lancement de sa plate-forme, Huapii a pu compter sur un prêt de 500.000 euros chez PNVZ. Ce montant fut complété par une injection de capital de même hauteur par des investisseurs privés, dont la famille Solvay, qui a investi 300.000 euros. 'A présent, nous envisageons une nouvelle phase de financement, afin de supporter notre extension à l'étranger', ajoute Stevens. 'Dans ce but, nous souhaiterions recueillir un montant de quelque 2,5 millions et nous comptons pour cela sur des capital-risqueurs. Nous avons déjà entamé des premières négociations avec des personnes intéressées chez nous, mais aussi en Grande-Bretagne.'