"Prédire ce que les clients achèteront en s'appuyant sur le passé a toujours traduit une grande confiance dans l'idée de continuité. Mais dans un monde en constante évolution, ce n'est plus une bonne idée", nous explique Piet Buyck, CEO de Garvis. "En effet, avec des événements tels que l'élection de Trump et surtout la crise de la Covid-19, nous remarquons que le comportement des consommateurs a fortement changé. Ils ne vont plus au magasin du coin, par exemple, mais cherchent le prix le plus bas sur Internet."

Par conséquent, vous ne pouvez plus vous baser uniquement sur les données du passé. Vous devez récolter davantage d'informations pour prévoir un réapprovisionnement à temps. Piet Buyck poursuit : "De nos jours, le nombre de données disponibles a augmenté. Pensez à tout ce qu'un consommateur révèle sur les réseaux sociaux ou aux données de clics."

Grâce à notre système, vous pouvez réduire de trente pour cent le nombre d'erreurs dans la chaîne d'approvisionnement.

La solution de Garvis est une plateforme cloud sur laquelle ces données sont associées à des données en temps réel provenant à la fois de l'environnement de l'entreprise et de l'extérieur. Il s'agit notamment des prix en ligne ou encore des données issues des points de vente ou des réseaux sociaux. "Nous donnons les pleins pouvoirs au planificateur", nous confie le fondateur de Garvis. "À la manière d'un jeu, il peut former et informer le système, et ainsi le mettre en oeuvre lui-même." Il illustre ses propos à l'aide d'un exemple : "Si vous chargez des données du passé, vous pouvez alors indiquer ce qui a causé un pic particulier. Une promotion ? Parfait. En cas de nouveau pic, le système vous demandera alors s'il a également été causé par une promotion. En réalité, il s'agissait d'un concurrent qui a cessé la commercialisation d'un produit similaire ? Dans ce cas, le système aura encore appris de nouvelles choses ! Si vous y ajoutez des données actuelles comme les promotions du moment, ou un jour férié ou une occasion spéciale où les achats sont nombreux, vos prévisions seront vraiment précises. Notre système vous permet ainsi de réduire de trente pour cent le nombre d'erreurs dans la chaîne d'approvisionnement."

Licence SaaS

En commercialisant son produit directement via une licence SaaS, la start-up affiche son ambition internationale. "Notre plateforme est prête", affirme Piet Buyck. "Nous la testons actuellement auprès d'une dizaine de clients pour sa mise au point et nous essayons d'acquérir de nouveaux clients par la sensibilisation (outreach). Comme nous devons encore gagner la confiance des clients, nous organisons des webinaires dans lesquels nous expliquons nos activités ou nous participons à des événements en ligne. Si un client potentiel manifeste son intérêt, nous prévoyons évidemment des démonstrations."

Depuis ce mois-ci, Garvis est une spin-off de l'université d'Anvers. En ce qui concerne les investissements, Piet Buyck a jusqu'à présent fait appel à quelques Business Angels, qui ont réuni un total de 600 000 euros. "Ils ont vraiment cru en notre approche", déclare Piet Buyck. "Plus récemment, PMV, VLAIO et le consortium HLVC ont également embarqué. Une opération qui a rapporté 700 000 euros. Nous pouvons donc nous lancer. Mais si nous voulons vraiment passer à la vitesse supérieure, nous aurons besoin de capital supplémentaire. Des discussions avec d'éventuels fonds de capital-risque sont en cours à cet effet."

Garvis

Siège social : Anvers

Nombre d'associés : 4

Informations financières : Discussions en cours avec des fonds de capital-risque.

Site internet : Garvis.ai

"Prédire ce que les clients achèteront en s'appuyant sur le passé a toujours traduit une grande confiance dans l'idée de continuité. Mais dans un monde en constante évolution, ce n'est plus une bonne idée", nous explique Piet Buyck, CEO de Garvis. "En effet, avec des événements tels que l'élection de Trump et surtout la crise de la Covid-19, nous remarquons que le comportement des consommateurs a fortement changé. Ils ne vont plus au magasin du coin, par exemple, mais cherchent le prix le plus bas sur Internet."Par conséquent, vous ne pouvez plus vous baser uniquement sur les données du passé. Vous devez récolter davantage d'informations pour prévoir un réapprovisionnement à temps. Piet Buyck poursuit : "De nos jours, le nombre de données disponibles a augmenté. Pensez à tout ce qu'un consommateur révèle sur les réseaux sociaux ou aux données de clics." La solution de Garvis est une plateforme cloud sur laquelle ces données sont associées à des données en temps réel provenant à la fois de l'environnement de l'entreprise et de l'extérieur. Il s'agit notamment des prix en ligne ou encore des données issues des points de vente ou des réseaux sociaux. "Nous donnons les pleins pouvoirs au planificateur", nous confie le fondateur de Garvis. "À la manière d'un jeu, il peut former et informer le système, et ainsi le mettre en oeuvre lui-même." Il illustre ses propos à l'aide d'un exemple : "Si vous chargez des données du passé, vous pouvez alors indiquer ce qui a causé un pic particulier. Une promotion ? Parfait. En cas de nouveau pic, le système vous demandera alors s'il a également été causé par une promotion. En réalité, il s'agissait d'un concurrent qui a cessé la commercialisation d'un produit similaire ? Dans ce cas, le système aura encore appris de nouvelles choses ! Si vous y ajoutez des données actuelles comme les promotions du moment, ou un jour férié ou une occasion spéciale où les achats sont nombreux, vos prévisions seront vraiment précises. Notre système vous permet ainsi de réduire de trente pour cent le nombre d'erreurs dans la chaîne d'approvisionnement."En commercialisant son produit directement via une licence SaaS, la start-up affiche son ambition internationale. "Notre plateforme est prête", affirme Piet Buyck. "Nous la testons actuellement auprès d'une dizaine de clients pour sa mise au point et nous essayons d'acquérir de nouveaux clients par la sensibilisation (outreach). Comme nous devons encore gagner la confiance des clients, nous organisons des webinaires dans lesquels nous expliquons nos activités ou nous participons à des événements en ligne. Si un client potentiel manifeste son intérêt, nous prévoyons évidemment des démonstrations."Depuis ce mois-ci, Garvis est une spin-off de l'université d'Anvers. En ce qui concerne les investissements, Piet Buyck a jusqu'à présent fait appel à quelques Business Angels, qui ont réuni un total de 600 000 euros. "Ils ont vraiment cru en notre approche", déclare Piet Buyck. "Plus récemment, PMV, VLAIO et le consortium HLVC ont également embarqué. Une opération qui a rapporté 700 000 euros. Nous pouvons donc nous lancer. Mais si nous voulons vraiment passer à la vitesse supérieure, nous aurons besoin de capital supplémentaire. Des discussions avec d'éventuels fonds de capital-risque sont en cours à cet effet."