Elle a un arrière-plan académique sur le plan des moteurs de recommandations et a constaté hélas que cela n'allait pas. Le professeur Bart Goethals et le doctorant Koen Verstrepen ont alors décidé de changer d'approche. 'Les services de diffusion tels Netflix, Amazon et Spotify peuvent encore s'en sortir, mais quand on regarde au-delà de ce trio, on observe combien les mini-listes élaborées automatiquement du genre 'Recommandé pour vous' ratent souvent complètement le coche', affirme Verstrepen. 'On voit aussi régulièrement que l'offre personnalisée n'occupe que dix pour cent de l'écran et est encore trop cachée. Il en résulte que dans certains cas, elle n'attire qu'un pour cent de l'attention.'

Menus sur mesure

Le duo académique a alors élaboré avec Froomle une nouvelle approche, par laquelle nettement plus de portions de l'écran sont adaptées aux préférences spécifiques de chaque visiteur d'un site web. 'Pensez à des menus sur mesure, à des bannières qui attirent directement l'attention sur les actions adéquates,... Mais il s'agit de bien plus que de simples recommandations. Chaque élément peut être rédigé sur base de données liées au visiteur.'

Ces données, pour une bonne compréhension, sont simplement celles fournies par de précédentes visites au site web en question. 'Cela se traduit en effet par de meilleures prévisions', explique Verstrepen. 'Quels articles ce visiteur a-t-il lus dans le passé, quels produits a-t-il achetés? De cette manière, ce que nous entreprenons, est fait dans le respect des règles de confidentialité.'

Un ensemble d'algorithmes AI qui analysent toutes ces informations, fournissent diverses API qu'un client peut intégrer dans son site web ou son magasin web. 'Certaines plates-formes d'e-commerce incorporent entre-temps déjà notre technologie. Il suffit alors d'activer la fonctionnalité et de s'enregistrer à notre service, moyennant un montant d'abonnement annuel.'

Dès le 1er jour, Bart Goethals et Koen Verstrepen ont réussi à commercialiser leurs solutions et à s'attirer des clients. 'Cela s'est souvent fait aussi dans le cadre d'un projet-test', apprend-on. 'Nous avons à présent des clients en vue comme Mediahuis, Zimmo et Colruyt, et même un journal italien avec La Repubblica. L'objectif est à présent d'évoluer rapidement vers l'international, car notre ambition est de trouver des débouchés dans le monde entier.'

Période d'essai gratuite

Pour y arriver, la startup mise surtout ses use cases. 'Démontrer pourquoi notre solution fonctionne si bien, c'est la meilleure publicité', affirme Verstrepen. 'Nous rédigeons donc des histoires consacrées à nos clients, complétées par des informations sur l'AI et sur nos activités, via notre canal YouTube ou via LinkedIn. Pour permettre aux gens de tester le produit, nous proposons depuis peu aussi une période d'essai gratuite.'

Froomle est parvenue dès le début à convaincre quelques business angels et a pu grâce à eux compter sur une injection de capital d'un million d'euros en tout. 'Maintenant que nous voulons croître rapidement à l'international, nous préparons une nouvelle phase de capitalisation, pour laquelle nous envisageons du capital-risque', apprend-on. La jeune pousse anversoise espère ainsi récolter deux millions et demi d'euros.

Froomle

Siège social: Hulsthout

Nombre d'associés: 2

Finances: En quête de 2,5 millions d'euros de capital-risque

Site web: Froomle.com

Elle a un arrière-plan académique sur le plan des moteurs de recommandations et a constaté hélas que cela n'allait pas. Le professeur Bart Goethals et le doctorant Koen Verstrepen ont alors décidé de changer d'approche. 'Les services de diffusion tels Netflix, Amazon et Spotify peuvent encore s'en sortir, mais quand on regarde au-delà de ce trio, on observe combien les mini-listes élaborées automatiquement du genre 'Recommandé pour vous' ratent souvent complètement le coche', affirme Verstrepen. 'On voit aussi régulièrement que l'offre personnalisée n'occupe que dix pour cent de l'écran et est encore trop cachée. Il en résulte que dans certains cas, elle n'attire qu'un pour cent de l'attention.'Le duo académique a alors élaboré avec Froomle une nouvelle approche, par laquelle nettement plus de portions de l'écran sont adaptées aux préférences spécifiques de chaque visiteur d'un site web. 'Pensez à des menus sur mesure, à des bannières qui attirent directement l'attention sur les actions adéquates,... Mais il s'agit de bien plus que de simples recommandations. Chaque élément peut être rédigé sur base de données liées au visiteur.'Ces données, pour une bonne compréhension, sont simplement celles fournies par de précédentes visites au site web en question. 'Cela se traduit en effet par de meilleures prévisions', explique Verstrepen. 'Quels articles ce visiteur a-t-il lus dans le passé, quels produits a-t-il achetés? De cette manière, ce que nous entreprenons, est fait dans le respect des règles de confidentialité.'Un ensemble d'algorithmes AI qui analysent toutes ces informations, fournissent diverses API qu'un client peut intégrer dans son site web ou son magasin web. 'Certaines plates-formes d'e-commerce incorporent entre-temps déjà notre technologie. Il suffit alors d'activer la fonctionnalité et de s'enregistrer à notre service, moyennant un montant d'abonnement annuel.'Dès le 1er jour, Bart Goethals et Koen Verstrepen ont réussi à commercialiser leurs solutions et à s'attirer des clients. 'Cela s'est souvent fait aussi dans le cadre d'un projet-test', apprend-on. 'Nous avons à présent des clients en vue comme Mediahuis, Zimmo et Colruyt, et même un journal italien avec La Repubblica. L'objectif est à présent d'évoluer rapidement vers l'international, car notre ambition est de trouver des débouchés dans le monde entier.'Pour y arriver, la startup mise surtout ses use cases. 'Démontrer pourquoi notre solution fonctionne si bien, c'est la meilleure publicité', affirme Verstrepen. 'Nous rédigeons donc des histoires consacrées à nos clients, complétées par des informations sur l'AI et sur nos activités, via notre canal YouTube ou via LinkedIn. Pour permettre aux gens de tester le produit, nous proposons depuis peu aussi une période d'essai gratuite.'Froomle est parvenue dès le début à convaincre quelques business angels et a pu grâce à eux compter sur une injection de capital d'un million d'euros en tout. 'Maintenant que nous voulons croître rapidement à l'international, nous préparons une nouvelle phase de capitalisation, pour laquelle nous envisageons du capital-risque', apprend-on. La jeune pousse anversoise espère ainsi récolter deux millions et demi d'euros.