Dans le domaine de la vente au détail - en gros les supermarchés -, le positionnement est essentiel. Colruyt et Aldi se battent à qui aura le prix le plus bas. Delhaize met pour sa part surtout l'accent sur sa réputation de proposer des produits de qualité, alors que Carrefour navigue quelque part entre les deux, sans compter l'arrivée des enseignes néerlandaises Albert Heijn et Jumbo. Et tout ce beau monde d'offrir des promotions et des prix défiant toute concurrence, si tant que ce soit encore possible.

Apprentissage machine

La façon de déterminer et de situer toutes ces actions dans le temps exige une bonne vision et une grande connaissance des concurrents. Daltix parvient justement à présenter aux décideurs commerciaux de ces chaînes les informations adéquates pour tout le champ d'activité. 'Nous avons dans ce but mis au point un 'webscraper' très performant, qui vérifie continuellement les prix dans tous les magasins web des chaînes', explique le CEO Jonas Deprez. 'Cela nécessite pas mal de travail de calcul, car il est question de téraoctets d'informations qui doivent être analysées. De plus, nous nous assurons par apprentissage machine que des produits similaires soient comparés entre eux et ce, sur base de listes et de noms d'ingrédients. Car les marques 365 de Delhaize et Everyday de Colruyt ne se ressemblent peut-être pas, mais elles sont pourtant similaires. Il convient par conséquent de les mettre côté à côté pour savoir qui vend quoi à quel prix.'

Toutes ces informations, Daltix les traduit au moyen d'une plate-forme web en des rapports et aperçus pratiques, auxquels les responsables commerciaux des supermarchés peuvent s'enregistrer à l'aide d'un droit de licence. 'Ils sont alors à même d'élaborer nettement mieux une stratégie de prix, d'effectuer des exercices de positionnement stratégiques ou de négocier avec une marque spécifique', précise Deprez. 'La seule chose qu'ils doivent faire, c'est saisir les codes-barres de leurs propres produits.'

Le tableau de bord de Daltix établit ensuite directement le lien avec tous les autres produits. Un client peut par exemple aussi paramétrer des alertes, si un produit devient nettement plus cher que chez les concurrents, ou si le prix d'un tel produit chute radicalement.

En Belgique, Colruyt et Intergamma font déjà confiance à la jeune pousse gantoise, et au Portugal, où se trouvent la plupart des développeurs, la grande chaîne commerciale Continente a fait de même. Outre les supermarchés, des producteurs en vue comme Unilever (Dove, Sunlight, Calvé, Unox,...), Henkel et Beiersdorf Belgium (Nivea) ont entre-temps aussi découvert la plate-forme de Daltix.

'Nous étendre comme une tache d'huile'

'Beaucoup de ces clients, nous les avons trouvés grâce à un partenariat avec le magazine RetailDetail. Les informations que nous tirons de nos données, fournissent en effet aussi de la matière intéressante pour des articles', ajoute Deprez. 'L'objectif à présent est de nous étendre comme une tache d'huile y compris en dehors de la Belgique, mais ce genre d'analyse des prix à l'étranger exige un investissement. Aux Pays-Bas, nous sommes déjà bien avancés, alors que l'Allemagne et la France suivront très vite. L'objectif est de pouvoir migrer vers d'autres pays en appliquant la méthode 'follow your customer' via les filiales belges des multinationales figurant dans notre portefeuille.'

Un subside de VLAIO d'un montant de 100.000 euros et un support identique de PMV ont rapidement donné une poussée dans le dos de Deprez et du cofondateur de l'époque, après quoi le business angel Jan De Lancker (BrainTower) a rejoint l'entreprise. En 2019, Pieterjan Bouten et Louis Jonckheere (Showpad) et Tim Duhamel (InSitesConsulting) décidèrent eux aussi de financer la startup. 'Cela nous permit de disposer en tout d'1,3 million d'euros pour aller de l'avant', poursuit le CEO. 'L'année dernière, Colruyt Group nous a également proposé un certain montant pour nous rejoindre. Nous entendons ainsi mettre en branle l'internationalisation, pour laquelle nous comptons aussi sur les contacts et le réseau des chaînes de supermarchés.'

Daltix

Siège social: Gand

Nombre d'associés: 3

Pas à la recherche de capital supplémentaire

Site web: Daltix.com

Dans le domaine de la vente au détail - en gros les supermarchés -, le positionnement est essentiel. Colruyt et Aldi se battent à qui aura le prix le plus bas. Delhaize met pour sa part surtout l'accent sur sa réputation de proposer des produits de qualité, alors que Carrefour navigue quelque part entre les deux, sans compter l'arrivée des enseignes néerlandaises Albert Heijn et Jumbo. Et tout ce beau monde d'offrir des promotions et des prix défiant toute concurrence, si tant que ce soit encore possible.La façon de déterminer et de situer toutes ces actions dans le temps exige une bonne vision et une grande connaissance des concurrents. Daltix parvient justement à présenter aux décideurs commerciaux de ces chaînes les informations adéquates pour tout le champ d'activité. 'Nous avons dans ce but mis au point un 'webscraper' très performant, qui vérifie continuellement les prix dans tous les magasins web des chaînes', explique le CEO Jonas Deprez. 'Cela nécessite pas mal de travail de calcul, car il est question de téraoctets d'informations qui doivent être analysées. De plus, nous nous assurons par apprentissage machine que des produits similaires soient comparés entre eux et ce, sur base de listes et de noms d'ingrédients. Car les marques 365 de Delhaize et Everyday de Colruyt ne se ressemblent peut-être pas, mais elles sont pourtant similaires. Il convient par conséquent de les mettre côté à côté pour savoir qui vend quoi à quel prix.'Toutes ces informations, Daltix les traduit au moyen d'une plate-forme web en des rapports et aperçus pratiques, auxquels les responsables commerciaux des supermarchés peuvent s'enregistrer à l'aide d'un droit de licence. 'Ils sont alors à même d'élaborer nettement mieux une stratégie de prix, d'effectuer des exercices de positionnement stratégiques ou de négocier avec une marque spécifique', précise Deprez. 'La seule chose qu'ils doivent faire, c'est saisir les codes-barres de leurs propres produits.'Le tableau de bord de Daltix établit ensuite directement le lien avec tous les autres produits. Un client peut par exemple aussi paramétrer des alertes, si un produit devient nettement plus cher que chez les concurrents, ou si le prix d'un tel produit chute radicalement.En Belgique, Colruyt et Intergamma font déjà confiance à la jeune pousse gantoise, et au Portugal, où se trouvent la plupart des développeurs, la grande chaîne commerciale Continente a fait de même. Outre les supermarchés, des producteurs en vue comme Unilever (Dove, Sunlight, Calvé, Unox,...), Henkel et Beiersdorf Belgium (Nivea) ont entre-temps aussi découvert la plate-forme de Daltix.'Beaucoup de ces clients, nous les avons trouvés grâce à un partenariat avec le magazine RetailDetail. Les informations que nous tirons de nos données, fournissent en effet aussi de la matière intéressante pour des articles', ajoute Deprez. 'L'objectif à présent est de nous étendre comme une tache d'huile y compris en dehors de la Belgique, mais ce genre d'analyse des prix à l'étranger exige un investissement. Aux Pays-Bas, nous sommes déjà bien avancés, alors que l'Allemagne et la France suivront très vite. L'objectif est de pouvoir migrer vers d'autres pays en appliquant la méthode 'follow your customer' via les filiales belges des multinationales figurant dans notre portefeuille.'Un subside de VLAIO d'un montant de 100.000 euros et un support identique de PMV ont rapidement donné une poussée dans le dos de Deprez et du cofondateur de l'époque, après quoi le business angel Jan De Lancker (BrainTower) a rejoint l'entreprise. En 2019, Pieterjan Bouten et Louis Jonckheere (Showpad) et Tim Duhamel (InSitesConsulting) décidèrent eux aussi de financer la startup. 'Cela nous permit de disposer en tout d'1,3 million d'euros pour aller de l'avant', poursuit le CEO. 'L'année dernière, Colruyt Group nous a également proposé un certain montant pour nous rejoindre. Nous entendons ainsi mettre en branle l'internationalisation, pour laquelle nous comptons aussi sur les contacts et le réseau des chaînes de supermarchés.'