Il y a pas mal de défis à relever, lorsqu'on travaille avec des caméras sans personnel. 'Ce n'est pas simple', affirme David Bourgeois, fondateur de CyanView. En guise d'exemple, il cite un match de football: 'Pensez à une caméra installée dans le but et filmant à moitié la pelouse. Souvent, cette dernière paraît très différente avec ce genre de caméra fixe, parce qu'elle recourt à une autre norme de couleur. C'est néfaste pour le rendu global de la rencontre. Durant les 24 Heures du Mans, on se heurte à un autre obstacle: les caméras dans les voitures doivent pouvoir fournir une image de bonne qualité de jour comme de nuit, ce qui est loin d'être évident.'

Amélioration automatique des images

Mais Bourgeois a trouvé la parade. Cet ingénieur, précédemment actif chez la firme de capture I-MOVIX, a développé un matériel compatible avec toute caméra - grande ou petite - et a veillé à ce que les appareils soient connectés à internet. 'Ils peuvent ainsi être pilotés à distance grâce à une télécommande ou un joystick', explique-t-il. 'Le logiciel qui règle le tout, essaie en même temps d'améliorer automatiquement le mieux possible les images.'

Et voilà comment nous procédons. Nous laissons les entreprises se familiariser quelque temps avec notre solution et avant même qu'elles ne s'en rendent compte, elles ne peuvent plus s'en passer

Ayant travaillé précédemment dans le secteur, Bourgeois a reçu très vite une première chance: participer à l'enregistrement de la version française de Ninja Warrior (le spectacle de combat d'origine américaine). 'Cela remonte à trois ans, puis les choses se sont enchaînées. Soudainement, nous nous sommes retrouvés aux 24 Heures du Mans, nous avons assuré la production télévisuelle de Fort Boyard, puis avons foulé les pelouses de la deuxième division anglaise de foot,... Dans ce secteur, le bouche-à-oreille fonctionne bien', prétend-il.

Lors de la Coupe du Monde de football féminin à Paris, il y a deux ans, CyanView est entré en contact avec la chaîne américaine Fox. 'Elle ne pouvait à l'époque pas encore utiliser notre technologie précoce pour enregistrer les matchs, mais elle était très enthousiaste', se souvient le fondateur. 'Nous lui avons remis alors l'une de nos solutions maison qu'elle put utiliser une année durant. Il en résulta que Fox est venue nous demander l'an dernier si nous ne voulions pas l'aider à enregistrer le Super Bowl. C'est ce nous avons fait', déclare-t-il en riant. 'Voilà comment nous procédons. Nous laissons les entreprises se familiariser quelque temps avec notre solution et avant même qu'elles ne s'en rendent compte, elles ne peuvent plus s'en passer.'

Découvrez aussi l'aperçu de toutes nos startups favorites

Mais on ne peut pas indéfiniment se reposer sur ses lauriers, dixit Bourgeois: 'Nous avons travaillé cinq ans sur le produit, pour y intégrer le plus de fonctions possible. Je vous rappelle que je suis ingénieur. Mais il est temps à présent de développer la vente et le marketing.'

Trois marchés

Bourgeois distingue trois marchés pour son produit: 'D'une part, il y a les grandes superproductions telles le Super Bowl et d'autre part, il y a les petits projets de capture à distance avec un nombre minimal de caméras. Et entre les deux, on trouve encore toutes sortes de débouchés. Notre objectif est précisément de développer pour ces derniers des solutions susceptibles d'être commercialisées sous la forme de packs prêts à l'emploi, sans que nous devions nous-mêmes intervenir. Car désormais, il nous penser à évoluer.'

Ces douze derniers mois, CyanView a reçu une poussée inattendue dans le dos 'grâce au' covid-19. 'De plus en plus de productions doivent être enregistrées à une certaine distance, ce qui nous ouvre évidemment des perspectives. C'est ainsi que la PGA Tour (l'association américaine de golf, ndlr) a fait appel à nous pour l'enregistrement à distance de compétitions. Nous avons également apporté notre aide aux feux d'artifice tirés à Barcelone à l'occasion de la Nouvelle Année et ce, en quatre endroits.'

Bourgeois n'a pas trouvé beaucoup de moyens financiers privés pour son activité spécifique, mais après un investissement personnel initial, le fonds public Wallimage Entreprise s'est dit prêt à intervenir, suivi dans la foulée par l'autre instance d'investissement wallonne IMBC. 'A présent, ma priorité est la vente, avant de chercher du capital supplémentaire', conclut le fondateur David Bourgeois.

CyanView

Siège social: Papignies

Nombre d'associés: 1

Actuellement pas à la recherche de capital supplémentaire

Site web: CyanView.com

Il y a pas mal de défis à relever, lorsqu'on travaille avec des caméras sans personnel. 'Ce n'est pas simple', affirme David Bourgeois, fondateur de CyanView. En guise d'exemple, il cite un match de football: 'Pensez à une caméra installée dans le but et filmant à moitié la pelouse. Souvent, cette dernière paraît très différente avec ce genre de caméra fixe, parce qu'elle recourt à une autre norme de couleur. C'est néfaste pour le rendu global de la rencontre. Durant les 24 Heures du Mans, on se heurte à un autre obstacle: les caméras dans les voitures doivent pouvoir fournir une image de bonne qualité de jour comme de nuit, ce qui est loin d'être évident.'Mais Bourgeois a trouvé la parade. Cet ingénieur, précédemment actif chez la firme de capture I-MOVIX, a développé un matériel compatible avec toute caméra - grande ou petite - et a veillé à ce que les appareils soient connectés à internet. 'Ils peuvent ainsi être pilotés à distance grâce à une télécommande ou un joystick', explique-t-il. 'Le logiciel qui règle le tout, essaie en même temps d'améliorer automatiquement le mieux possible les images.'Ayant travaillé précédemment dans le secteur, Bourgeois a reçu très vite une première chance: participer à l'enregistrement de la version française de Ninja Warrior (le spectacle de combat d'origine américaine). 'Cela remonte à trois ans, puis les choses se sont enchaînées. Soudainement, nous nous sommes retrouvés aux 24 Heures du Mans, nous avons assuré la production télévisuelle de Fort Boyard, puis avons foulé les pelouses de la deuxième division anglaise de foot,... Dans ce secteur, le bouche-à-oreille fonctionne bien', prétend-il.Lors de la Coupe du Monde de football féminin à Paris, il y a deux ans, CyanView est entré en contact avec la chaîne américaine Fox. 'Elle ne pouvait à l'époque pas encore utiliser notre technologie précoce pour enregistrer les matchs, mais elle était très enthousiaste', se souvient le fondateur. 'Nous lui avons remis alors l'une de nos solutions maison qu'elle put utiliser une année durant. Il en résulta que Fox est venue nous demander l'an dernier si nous ne voulions pas l'aider à enregistrer le Super Bowl. C'est ce nous avons fait', déclare-t-il en riant. 'Voilà comment nous procédons. Nous laissons les entreprises se familiariser quelque temps avec notre solution et avant même qu'elles ne s'en rendent compte, elles ne peuvent plus s'en passer.'Découvrez aussi l'aperçu de toutes nos startups favoritesMais on ne peut pas indéfiniment se reposer sur ses lauriers, dixit Bourgeois: 'Nous avons travaillé cinq ans sur le produit, pour y intégrer le plus de fonctions possible. Je vous rappelle que je suis ingénieur. Mais il est temps à présent de développer la vente et le marketing.'Bourgeois distingue trois marchés pour son produit: 'D'une part, il y a les grandes superproductions telles le Super Bowl et d'autre part, il y a les petits projets de capture à distance avec un nombre minimal de caméras. Et entre les deux, on trouve encore toutes sortes de débouchés. Notre objectif est précisément de développer pour ces derniers des solutions susceptibles d'être commercialisées sous la forme de packs prêts à l'emploi, sans que nous devions nous-mêmes intervenir. Car désormais, il nous penser à évoluer.'Ces douze derniers mois, CyanView a reçu une poussée inattendue dans le dos 'grâce au' covid-19. 'De plus en plus de productions doivent être enregistrées à une certaine distance, ce qui nous ouvre évidemment des perspectives. C'est ainsi que la PGA Tour (l'association américaine de golf, ndlr) a fait appel à nous pour l'enregistrement à distance de compétitions. Nous avons également apporté notre aide aux feux d'artifice tirés à Barcelone à l'occasion de la Nouvelle Année et ce, en quatre endroits.'Bourgeois n'a pas trouvé beaucoup de moyens financiers privés pour son activité spécifique, mais après un investissement personnel initial, le fonds public Wallimage Entreprise s'est dit prêt à intervenir, suivi dans la foulée par l'autre instance d'investissement wallonne IMBC. 'A présent, ma priorité est la vente, avant de chercher du capital supplémentaire', conclut le fondateur David Bourgeois.