Au sein de toute organisation, les différents contrats sont souvent répartis dans plusieurs départements. 'Et c'est logique quelque part', déclare Steven Debrauwere, le CEO de Contractify. 'Il est normal que les RH s'occupent des contrats du personnel, que les contrats liés aux installations soient du ressort de l'office management, etc. Mais il en résulte donc que personne n'a une vision globale de tous les contrats, de leurs dates d'expiration et des éventuels délais de résiliation, ce qui fait que trop souvent, un contrat se voit prolonger tacitement, même si ce n'était pas le but.'

Place donc à Contractify, une solution SaaS qui collecte en un seul et même endroit toutes les infos sur les contrats d'une organisation et s'assure, si besoin est, de passer à l'action en temps voulu. Si vous vous rapprochez du délai de résiliation, vous en êtes averti, afin de pouvoir réagir. La durée d'un contrat arrive-t-elle à expiration? Dans ce cas aussi, vous recevez une notification, afin que le prolongement ne se passe pas en catimini. Une ristourne de fin d'année doit-elle être sollicitée? Contractify la calcule pour vous et vous envoie un petit message.

Intelligence artificielle

'Initialement, nous nous concentrions sur tout ce qui se passe après la signature d'un contrat', explique Debrauwere. 'Ensuite, nous nous sommes étoffés et entrons en action dès l'instant où une proposition de contrat arrive. Cette dernière passe déjà par notre système, qui détecte la personne responsable de l'approbation et la prévient donc. Ensuite, toutes les données et métadonnées aboutissent dans Contractify, et la gestion peut être automatisée.'

Et comme l'intelligence artificielle pénètre toujours là où elle ne peut pas, elle se manifeste ici aussi. 'Nous voulons automatiser de plus en plus', affirme Debrauwere. 'C'est ainsi qu'en avril, nous déploierons une fonction de lecture automatique des métadonnées d'un contrat, comme la date d'expiration et le délai de résiliation. A terme, nous souhaitons aller encore plus loin et demander à notre algorithme de déterminer automatiquement quels documents vont de pair, à l'instar d'un barème associé à un contrat spécifique. De plus, l'objectif est de proposer tout un éventail de services sur le plan de la gestion des contrats que le client pourrait nous confier entièrement.'

Plus international

Trois ans après le lancement, Contractify a déjà pu accueillir une centaine de clients en Belgique et aux Pays-Bas. 'Nous ciblons surtout les entreprises moyennes occupant une cinquantaine de personnes et plus', précise le CEO. 'Dès à présent, nous nous distinguons dans plusieurs secteurs, comme les assurances, les soins de santé et la fourniture à la construction.' Le défi à relever à présent par la startup, c'est de s'étoffer et de trouver davantage de clients dans divers secteurs. Contractify entend aussi s'internationaliser davantage et s'ancrer en Grande-Bretagne et en Scandinavie: 'Mais nous devrons y affronter un concurrent déjà actif sur le marché de la gestion des contrats. Il convient donc de dénicher de bons clients de référence pour permettre à d'autres d'effectuer le même choix.'

Après s'être suffi à elle-même pendant trois ans, Contractify a recueilli juste avant le début de la pandémie 1,3 million d'euros de PMV, VLAIO et de divers business angels, dont Lorenz Bogaert, Anthony Brenninkmeijer, Pitchdrive, Wim Derkinderen, Bothr Ventures, Anthony De Clerck, Davy De Vlieger et Philippe Derkinderen. 'A présent, nous examinons la possibilité d'une nouvelle phase de capitalisation, pour laquelle des négociations sont déjà en cours avec des investisseurs existants et nouveaux', déclare Debrauwere. 'L'objectif est de lever quelque 600.000 euros.'

Contractify

Siège social: Sleidinge

Nombre d'associés: 2

Finances: une nouvelle phase de capitalisation prévue d'un montant de 600.000 euros

Site web: Contractify.io

Au sein de toute organisation, les différents contrats sont souvent répartis dans plusieurs départements. 'Et c'est logique quelque part', déclare Steven Debrauwere, le CEO de Contractify. 'Il est normal que les RH s'occupent des contrats du personnel, que les contrats liés aux installations soient du ressort de l'office management, etc. Mais il en résulte donc que personne n'a une vision globale de tous les contrats, de leurs dates d'expiration et des éventuels délais de résiliation, ce qui fait que trop souvent, un contrat se voit prolonger tacitement, même si ce n'était pas le but.'Place donc à Contractify, une solution SaaS qui collecte en un seul et même endroit toutes les infos sur les contrats d'une organisation et s'assure, si besoin est, de passer à l'action en temps voulu. Si vous vous rapprochez du délai de résiliation, vous en êtes averti, afin de pouvoir réagir. La durée d'un contrat arrive-t-elle à expiration? Dans ce cas aussi, vous recevez une notification, afin que le prolongement ne se passe pas en catimini. Une ristourne de fin d'année doit-elle être sollicitée? Contractify la calcule pour vous et vous envoie un petit message.'Initialement, nous nous concentrions sur tout ce qui se passe après la signature d'un contrat', explique Debrauwere. 'Ensuite, nous nous sommes étoffés et entrons en action dès l'instant où une proposition de contrat arrive. Cette dernière passe déjà par notre système, qui détecte la personne responsable de l'approbation et la prévient donc. Ensuite, toutes les données et métadonnées aboutissent dans Contractify, et la gestion peut être automatisée.'Et comme l'intelligence artificielle pénètre toujours là où elle ne peut pas, elle se manifeste ici aussi. 'Nous voulons automatiser de plus en plus', affirme Debrauwere. 'C'est ainsi qu'en avril, nous déploierons une fonction de lecture automatique des métadonnées d'un contrat, comme la date d'expiration et le délai de résiliation. A terme, nous souhaitons aller encore plus loin et demander à notre algorithme de déterminer automatiquement quels documents vont de pair, à l'instar d'un barème associé à un contrat spécifique. De plus, l'objectif est de proposer tout un éventail de services sur le plan de la gestion des contrats que le client pourrait nous confier entièrement.'Trois ans après le lancement, Contractify a déjà pu accueillir une centaine de clients en Belgique et aux Pays-Bas. 'Nous ciblons surtout les entreprises moyennes occupant une cinquantaine de personnes et plus', précise le CEO. 'Dès à présent, nous nous distinguons dans plusieurs secteurs, comme les assurances, les soins de santé et la fourniture à la construction.' Le défi à relever à présent par la startup, c'est de s'étoffer et de trouver davantage de clients dans divers secteurs. Contractify entend aussi s'internationaliser davantage et s'ancrer en Grande-Bretagne et en Scandinavie: 'Mais nous devrons y affronter un concurrent déjà actif sur le marché de la gestion des contrats. Il convient donc de dénicher de bons clients de référence pour permettre à d'autres d'effectuer le même choix.'Après s'être suffi à elle-même pendant trois ans, Contractify a recueilli juste avant le début de la pandémie 1,3 million d'euros de PMV, VLAIO et de divers business angels, dont Lorenz Bogaert, Anthony Brenninkmeijer, Pitchdrive, Wim Derkinderen, Bothr Ventures, Anthony De Clerck, Davy De Vlieger et Philippe Derkinderen. 'A présent, nous examinons la possibilité d'une nouvelle phase de capitalisation, pour laquelle des négociations sont déjà en cours avec des investisseurs existants et nouveaux', déclare Debrauwere. 'L'objectif est de lever quelque 600.000 euros.'