En fait, Thuur Vandeplassche et Brecht Valcke envisageaient de créer un 'chatbot'. Leur Sophia fut utilisée par des tas de comptables et de chefs d'entreprise, ce qui leur permit de découvrir les goulots d'étranglement au niveau de la communication dans ces professions: trop fragmentée sur des tas de canaux, lenteur des processus,... Il leur fallait donc réagir et avec l'argent d'une deuxième phase de capitalisation, ils développèrent une solution exhaustive.

Une seule boîte de réception pour tout

Cette solution est simple en réalité: lorsque la communication devient si envahissante, il convient de décharger autant que possible le comptable. Valcke et Vandeplassche ont donc mis au point plusieurs outils, dont une boîte de réception centralisant l'ensemble de la communication. 'Les courriels et Facebook Messenger, mais aussi les messages WhatsApp, car les comptables en reçoivent à présent beaucoup aussi', affirment les fondateurs.

Notre ambition est de devenir partout la plate-forme de communication indépendante du secteur

'En regroupant tout en un même endroit, nous rationalisons la communication', explique Valcke. 'Mais nous ne nous arrêtons pas là. Un bot analyse les questions et donne lui-même les réponses s'il le peut. Ce n'est que si l'automatisation n'est pas possible que le comptable doit lui-même intervenir. Cela peut paraître quelque peu impersonnel, mais cela permet au client de recevoir une réponse rapide. Le comptable dispose par conséquent de plus de temps pour s'occuper de sa tâche de conseiller.'

Podcast pour comptables

Après quatre mois à peine, Bothive a déjà trouvé quelque 25 bureaux comptables prêts à débourser le prix d'un abonnement annuel pour utiliser l'outil. 'Cela fait 125 utilisateurs actifs environ', précise Valcke. 'Pour nous étendre, nous misons actuellement beaucoup sur le 'content marketing'. Nous avons ainsi déjà organisé divers webinars et lancé un podcast pour comptables. A l'avenir, nous entendons toutefois recourir à des partenariats.'

C'est ainsi que la start-up a par exemple veillé à ce que de nombreux progiciels soient intégrés à Bothive, comme Yuki et Octopus. 'Notre résolution est d'y intégrer tout le paysage. Espérons que cela marche également dans l'autre sens, afin que les partenaires intègrent aussi Bothive dans leurs solutions.'

Pour Valcke, l'horizon est bien dégagé. De la Flandre, il entend gagner très vite les Pays-Bas et - pourquoi pas - le monde. 'On observe qu'il y a pas mal d'intérêt aussi de la part des bureaux d'avocats et d'autres branches industrielles, qui veulent utiliser Bothive. Voilà pourquoi nous avons l'ambition de devenir partout la plate-forme de communication indépendante du secteur.'

Pour y arriver, Bothive peut compter sur deux business angels qui ont entre-temps investi pour la deuxième fois dans la startup. 'Ils préfèrent garder l'anonymat, mais conjointement à une bourse récente de VLAIO et à un prêt bancaire, nous passerons l'année en cours même sans revenus propres. Une nouvelle phase de capitalisation n'est donc prévue au plus tôt qu'en 2022', conclut le co-fondateur.

Bothive

Siège social: Drongen

Nombre d'associés: 2

Nouveau capital: probablement pas avant 2022

Site web: Bothive.be

En fait, Thuur Vandeplassche et Brecht Valcke envisageaient de créer un 'chatbot'. Leur Sophia fut utilisée par des tas de comptables et de chefs d'entreprise, ce qui leur permit de découvrir les goulots d'étranglement au niveau de la communication dans ces professions: trop fragmentée sur des tas de canaux, lenteur des processus,... Il leur fallait donc réagir et avec l'argent d'une deuxième phase de capitalisation, ils développèrent une solution exhaustive.Cette solution est simple en réalité: lorsque la communication devient si envahissante, il convient de décharger autant que possible le comptable. Valcke et Vandeplassche ont donc mis au point plusieurs outils, dont une boîte de réception centralisant l'ensemble de la communication. 'Les courriels et Facebook Messenger, mais aussi les messages WhatsApp, car les comptables en reçoivent à présent beaucoup aussi', affirment les fondateurs.'En regroupant tout en un même endroit, nous rationalisons la communication', explique Valcke. 'Mais nous ne nous arrêtons pas là. Un bot analyse les questions et donne lui-même les réponses s'il le peut. Ce n'est que si l'automatisation n'est pas possible que le comptable doit lui-même intervenir. Cela peut paraître quelque peu impersonnel, mais cela permet au client de recevoir une réponse rapide. Le comptable dispose par conséquent de plus de temps pour s'occuper de sa tâche de conseiller.'Après quatre mois à peine, Bothive a déjà trouvé quelque 25 bureaux comptables prêts à débourser le prix d'un abonnement annuel pour utiliser l'outil. 'Cela fait 125 utilisateurs actifs environ', précise Valcke. 'Pour nous étendre, nous misons actuellement beaucoup sur le 'content marketing'. Nous avons ainsi déjà organisé divers webinars et lancé un podcast pour comptables. A l'avenir, nous entendons toutefois recourir à des partenariats.'C'est ainsi que la start-up a par exemple veillé à ce que de nombreux progiciels soient intégrés à Bothive, comme Yuki et Octopus. 'Notre résolution est d'y intégrer tout le paysage. Espérons que cela marche également dans l'autre sens, afin que les partenaires intègrent aussi Bothive dans leurs solutions.'Pour Valcke, l'horizon est bien dégagé. De la Flandre, il entend gagner très vite les Pays-Bas et - pourquoi pas - le monde. 'On observe qu'il y a pas mal d'intérêt aussi de la part des bureaux d'avocats et d'autres branches industrielles, qui veulent utiliser Bothive. Voilà pourquoi nous avons l'ambition de devenir partout la plate-forme de communication indépendante du secteur.'Pour y arriver, Bothive peut compter sur deux business angels qui ont entre-temps investi pour la deuxième fois dans la startup. 'Ils préfèrent garder l'anonymat, mais conjointement à une bourse récente de VLAIO et à un prêt bancaire, nous passerons l'année en cours même sans revenus propres. Une nouvelle phase de capitalisation n'est donc prévue au plus tôt qu'en 2022', conclut le co-fondateur.