Du courant vert, cela peut se trouver aujourd'hui chez chaque fournisseur d'énergie, mais souvent, ce n'est rien de plus que du greenwashing: cela signifie que le fournisseur rend le courant habituel vert en achetant, en compensation, des certificats électriques écologiques d'un pays étranger possédant davantage d'éoliennes. Cela est-il permis? Pas vraiment en fait, et le processus est en outre assez opaque.

Des clubs de tennis jusqu'aux villes

Avec Bolt Energie, ses fondateurs Pieterjan Verhaeghen et Rens Van Haute changent la donne, car la transparence est leur maître-mot. 'Ce que nous faisons, c'est associer à des clients des personnes, entreprises ou organisations qui produisent du courant vert', explique Verhaeghen. 'Cela se passe sur une plate-forme web, où les producteurs révèlent une estimation de leur production annuelle, après quoi les clients font directement appel à ce fournisseur spécifique.'

La concurrence voit bien que ce genre d'initiative, c'est l'avenir

Ces producteurs, cela peut être n'importe qui. Un club de tennis équipé de quelques panneaux solaires sur le toit est tout autant le bienvenu que des villes comptant des dizaines de bâtiments pourvus de ce type de panneaux. 'Nous préférons mettre à disposition dans chaque commune une dizaine de producteurs ayant un arrière-plan local. Nous voulons également donner un visage à ces producteurs: au moyen de texte, de photos et autres sur notre plate-forme, nous veillons à ce que le client apprenne vraiment à les connaître.'

Comment les choses se présentent-elles sur le plan financier? Quelque peu différemment des autres fournisseurs, selon Verhaeghen: 'Le coût de l'énergie est assez bas, car nous ne prélevons pas de marge sur les kilowatts que vous achetez. Par contre, il y a des frais de plate-forme qu'il faut payer chaque mois. Il va aussi évidemment de soi que nous facturons le coût de la distribution.'

Verhaeghen a lancé Bolt Energie en septembre 2019 avec la controversée Sjoemelstroomcampagne (la campagne de la triche comme on l'appelle aux Pays-Bas). Cela fit le bonheur de l'entreprise, car aujourd'hui déjà, 120 producteurs et 13.000 clients se sont trouvés via la plate-forme. 'Il faudra qu'il y en ait plus, car la grandeur de l'échelle est importante sur le marché de l'énergie. Pour continuer de croître, nous continuerons de miser sur la présence numérique et tenterons autant que possible de générer du contenu qui focalisera l'attention sur nous. C'est ainsi qu'il y a un projet prévu avec Studio Brussel qui diffusera son Camping Belgica avec l'aide de courant produit sur place.'

Relations qualitatives à long terme

Si l'entreprise parvient à s'attirer cent mille clients, Bolt aura atteint un niveau correct, à l'entendre. 'Cela nécessitera encore quelques années d'efforts', admet le fondateur. 'Nous n'avons pas non plus besoin d'être les plus grands. Il est surtout important que nous créions des relations qualitatives à long terme entre les producteurs et les clients. Dans ce but, nous recherchons aussi le moment où il sera possible de mettre en oeuvre dans ce pays de véritables communautés de l'énergie: entre par exemple une école ou un hôpital en tant que producteurs et les habitations environnantes en tant que clients.'

Même si Bolt est un nouvel acteur sur le marché, voire un concurrent, cela n'a pas empêché Luminus d'injecter 900.000 euros dans l'entreprise. 'La concurrence voit bien que ce genre d'initiative, c'est l'avenir', conclut Verhaeghen en souriant.

Bolt Energie

Siège social: Bruxelles

Nombre d'associés: 3

Finances: pas d'investissement supplémentaire de prévu

Site web: Boltenergie.be

Du courant vert, cela peut se trouver aujourd'hui chez chaque fournisseur d'énergie, mais souvent, ce n'est rien de plus que du greenwashing: cela signifie que le fournisseur rend le courant habituel vert en achetant, en compensation, des certificats électriques écologiques d'un pays étranger possédant davantage d'éoliennes. Cela est-il permis? Pas vraiment en fait, et le processus est en outre assez opaque.Avec Bolt Energie, ses fondateurs Pieterjan Verhaeghen et Rens Van Haute changent la donne, car la transparence est leur maître-mot. 'Ce que nous faisons, c'est associer à des clients des personnes, entreprises ou organisations qui produisent du courant vert', explique Verhaeghen. 'Cela se passe sur une plate-forme web, où les producteurs révèlent une estimation de leur production annuelle, après quoi les clients font directement appel à ce fournisseur spécifique.'Ces producteurs, cela peut être n'importe qui. Un club de tennis équipé de quelques panneaux solaires sur le toit est tout autant le bienvenu que des villes comptant des dizaines de bâtiments pourvus de ce type de panneaux. 'Nous préférons mettre à disposition dans chaque commune une dizaine de producteurs ayant un arrière-plan local. Nous voulons également donner un visage à ces producteurs: au moyen de texte, de photos et autres sur notre plate-forme, nous veillons à ce que le client apprenne vraiment à les connaître.'Comment les choses se présentent-elles sur le plan financier? Quelque peu différemment des autres fournisseurs, selon Verhaeghen: 'Le coût de l'énergie est assez bas, car nous ne prélevons pas de marge sur les kilowatts que vous achetez. Par contre, il y a des frais de plate-forme qu'il faut payer chaque mois. Il va aussi évidemment de soi que nous facturons le coût de la distribution.'Verhaeghen a lancé Bolt Energie en septembre 2019 avec la controversée Sjoemelstroomcampagne (la campagne de la triche comme on l'appelle aux Pays-Bas). Cela fit le bonheur de l'entreprise, car aujourd'hui déjà, 120 producteurs et 13.000 clients se sont trouvés via la plate-forme. 'Il faudra qu'il y en ait plus, car la grandeur de l'échelle est importante sur le marché de l'énergie. Pour continuer de croître, nous continuerons de miser sur la présence numérique et tenterons autant que possible de générer du contenu qui focalisera l'attention sur nous. C'est ainsi qu'il y a un projet prévu avec Studio Brussel qui diffusera son Camping Belgica avec l'aide de courant produit sur place.'Si l'entreprise parvient à s'attirer cent mille clients, Bolt aura atteint un niveau correct, à l'entendre. 'Cela nécessitera encore quelques années d'efforts', admet le fondateur. 'Nous n'avons pas non plus besoin d'être les plus grands. Il est surtout important que nous créions des relations qualitatives à long terme entre les producteurs et les clients. Dans ce but, nous recherchons aussi le moment où il sera possible de mettre en oeuvre dans ce pays de véritables communautés de l'énergie: entre par exemple une école ou un hôpital en tant que producteurs et les habitations environnantes en tant que clients.'Même si Bolt est un nouvel acteur sur le marché, voire un concurrent, cela n'a pas empêché Luminus d'injecter 900.000 euros dans l'entreprise. 'La concurrence voit bien que ce genre d'initiative, c'est l'avenir', conclut Verhaeghen en souriant.