Ce n'est plus comme à l'époque de Ford: un modèle qui sort de la chaîne d'assemblage, un travail on ne peut plus clair et évident pour l'ouvrier. Aujourd'hui, c'en est fini de la production de masse pour faire la place à la mass customization: la production en petites séries caractérisées par pas mal de variations. Les opérateurs doivent donc aussi vivre avec leur temps et maîtriser davantage de tâches assez complexes. Le besoin de support croît donc à l'avenant. C'est précisément là qu'intervient Azumuta avec son produit numérique.

Moins de trafic à sens unique

'Notre plate-forme de support des opérateurs se compose de plusieurs modules', explique le CEO Batist Leman. 'Pour commencer, il y a évidemment l'espace pour transmettre les instructions de travail et ce, de manière visuelle claire. Nombre de données sont aussi enregistrées numériquement à propos de la propreté au travail, de la maintenance préventive, etc. Ensuite, c'est la gestion des compétences qui importe: savoir qui possède quelle connaissance et veiller à ce qu'elle soit transmise si quelqu'un quitte l'entreprise.'

Le contrôle de qualité est un autre point auquel Azumuta accorde de l'attention. 'Contrairement à la façon de travailler habituelle, on n'examine pas avec notre plate-forme de manière aléatoire si la production se passe bien. En lieu et place, chaque produit est examiné séparément à la loupe. Et enfin, il y a aussi la possibilité pour l'opérateur de donner un feedback, afin de réduire le trafic à sens unique de haut en bas.'

Azumuta a été lancée sur la marché sous la forme d'une plate-forme SaaS à deux interfaces: une 'backend' pour les entreprises, et une appli multi-plate-forme pour les opérateurs, afin qu'ils puissent travailler à leur poste sur leur iPad, smartphone ou autre appareil. 'Il est ainsi possible d'éviter pas mal de paperasserie. Les opérateurs peuvent augmenter leur efficience d'au moins dix pour cent, alors que le risque d'erreurs se réduit. Le retour sur investissement est donc très important.'

Croissance internationale

Depuis le lancement en 2016, de nombreux clients ont déjà trouvé le chemin les conduisant à la solution d'Azumuta, qui s'avère du reste évolutive pour être utilisée partout. Dès à présent, la jeune pousse possède des clients non seulement en Belgique, mais aussi aux Pays-Bas, en Italie, en Espagne et même en Ukraine. 'La poursuite de la croissance internationale est à coup sûr l'objectif', prétend Leman. 'La stratégie est de se baser sur notre pays et de suivre d'ici les clients dans leurs filiales à l'étranger. De plus, nous préparons aussi un réseau de partenaires en vue de commercialiser notre outil. C'est ainsi qu'aux Pays-Bas, nous avons déjà conclu un accord avec des consultants qui accompagnent les processus simples et sans gaspillage dans l'industrie manufacturière.'

Jusqu'à présent, Leman et le cofondateur Dirk Vermunicht ont réussi à se suffire financièrement à eux-mêmes avec le second mentionné dans le rôle d''angel investor'. 'Dans un délai de seize mois, nous souhaitons à présent accélérer le mouvement', apprend-on. 'Dans ce but, nous allons rechercher fin de l'année prochaine cinq millions d'euros, pour lesquels nous voulons entamer des négociations avec des capital-risqueurs. Entre-temps, nous avons depuis deux ans déjà atteint le seuil de rentabilité. Nous sommes donc parés pour la prochaine étape.'

Azumuta

Siège social: Gand

Nombre d'associés: 2

Finances: cinq millions d'euros recherchés d'ici fin 2022.

Site web: Azumuta.com

Ce n'est plus comme à l'époque de Ford: un modèle qui sort de la chaîne d'assemblage, un travail on ne peut plus clair et évident pour l'ouvrier. Aujourd'hui, c'en est fini de la production de masse pour faire la place à la mass customization: la production en petites séries caractérisées par pas mal de variations. Les opérateurs doivent donc aussi vivre avec leur temps et maîtriser davantage de tâches assez complexes. Le besoin de support croît donc à l'avenant. C'est précisément là qu'intervient Azumuta avec son produit numérique.'Notre plate-forme de support des opérateurs se compose de plusieurs modules', explique le CEO Batist Leman. 'Pour commencer, il y a évidemment l'espace pour transmettre les instructions de travail et ce, de manière visuelle claire. Nombre de données sont aussi enregistrées numériquement à propos de la propreté au travail, de la maintenance préventive, etc. Ensuite, c'est la gestion des compétences qui importe: savoir qui possède quelle connaissance et veiller à ce qu'elle soit transmise si quelqu'un quitte l'entreprise.'Le contrôle de qualité est un autre point auquel Azumuta accorde de l'attention. 'Contrairement à la façon de travailler habituelle, on n'examine pas avec notre plate-forme de manière aléatoire si la production se passe bien. En lieu et place, chaque produit est examiné séparément à la loupe. Et enfin, il y a aussi la possibilité pour l'opérateur de donner un feedback, afin de réduire le trafic à sens unique de haut en bas.'Azumuta a été lancée sur la marché sous la forme d'une plate-forme SaaS à deux interfaces: une 'backend' pour les entreprises, et une appli multi-plate-forme pour les opérateurs, afin qu'ils puissent travailler à leur poste sur leur iPad, smartphone ou autre appareil. 'Il est ainsi possible d'éviter pas mal de paperasserie. Les opérateurs peuvent augmenter leur efficience d'au moins dix pour cent, alors que le risque d'erreurs se réduit. Le retour sur investissement est donc très important.'Depuis le lancement en 2016, de nombreux clients ont déjà trouvé le chemin les conduisant à la solution d'Azumuta, qui s'avère du reste évolutive pour être utilisée partout. Dès à présent, la jeune pousse possède des clients non seulement en Belgique, mais aussi aux Pays-Bas, en Italie, en Espagne et même en Ukraine. 'La poursuite de la croissance internationale est à coup sûr l'objectif', prétend Leman. 'La stratégie est de se baser sur notre pays et de suivre d'ici les clients dans leurs filiales à l'étranger. De plus, nous préparons aussi un réseau de partenaires en vue de commercialiser notre outil. C'est ainsi qu'aux Pays-Bas, nous avons déjà conclu un accord avec des consultants qui accompagnent les processus simples et sans gaspillage dans l'industrie manufacturière.'Jusqu'à présent, Leman et le cofondateur Dirk Vermunicht ont réussi à se suffire financièrement à eux-mêmes avec le second mentionné dans le rôle d''angel investor'. 'Dans un délai de seize mois, nous souhaitons à présent accélérer le mouvement', apprend-on. 'Dans ce but, nous allons rechercher fin de l'année prochaine cinq millions d'euros, pour lesquels nous voulons entamer des négociations avec des capital-risqueurs. Entre-temps, nous avons depuis deux ans déjà atteint le seuil de rentabilité. Nous sommes donc parés pour la prochaine étape.'