Le groupe IT français confirme aujourd'hui formellement qu'il s'agissait bien du rançongiciel Ryuk et que l'attaque avait été probablement lancée quelques jours avec la première détection.

L'attaque toucha aussi la filiale belge, où des projets retardés ou suspendus ont entre-temps été remis en selle. Dans une réaction à Data News, l'entreprise déclare cependant que tous les projets et activités n'ont pas été touchés. "Nous nous sommes focalisés sur une limitation de la propagation du malware et sur la protection de nos partenaires et clients. Cela s'est passé avec succès en Belgique et dans le reste du groupe", peut-on lire dans un communiqué.

Sopra Steria insiste sur le fait que l'attaque n'a pas provoqué de dégâts dans les systèmes des clients ni en Belgique ni ailleurs: "Les mesures de sécurité que nous avions mises en oeuvre au début de l'attaque, conjointement avec une gestion adéquate ont fait en sorte que nous avons pu limiter la propagation du malware."

Au sein du groupe IT, on déclare qu'il faudra encore quelques semaines avant que tout revienne à la normale et que l'impact total soit connu. On ignore si l'entreprise a versé la rançon exigée, mais elle a déjà fait savoir qu'elle était assurée contre ce genre de cyber-risques.

Le groupe IT français confirme aujourd'hui formellement qu'il s'agissait bien du rançongiciel Ryuk et que l'attaque avait été probablement lancée quelques jours avec la première détection.L'attaque toucha aussi la filiale belge, où des projets retardés ou suspendus ont entre-temps été remis en selle. Dans une réaction à Data News, l'entreprise déclare cependant que tous les projets et activités n'ont pas été touchés. "Nous nous sommes focalisés sur une limitation de la propagation du malware et sur la protection de nos partenaires et clients. Cela s'est passé avec succès en Belgique et dans le reste du groupe", peut-on lire dans un communiqué.Sopra Steria insiste sur le fait que l'attaque n'a pas provoqué de dégâts dans les systèmes des clients ni en Belgique ni ailleurs: "Les mesures de sécurité que nous avions mises en oeuvre au début de l'attaque, conjointement avec une gestion adéquate ont fait en sorte que nous avons pu limiter la propagation du malware."Au sein du groupe IT, on déclare qu'il faudra encore quelques semaines avant que tout revienne à la normale et que l'impact total soit connu. On ignore si l'entreprise a versé la rançon exigée, mais elle a déjà fait savoir qu'elle était assurée contre ce genre de cyber-risques.