Les Pays-Bas veulent jouer un rôle de pionnier dans le développement de voitures et de camions autonomes. Selon le VAB, la Flandre doit aussi expérimenter dans ce domaine technologique. Mais il ne serait pas intéressant d'effectuer directement des tests de la technologie dans le trafic dense, estime le club pour la mobilité. 'Pour cela, il faudrait que cette technologie soit vraiment au point. Or aujourd'hui, il y a encore trop de zones d'ombre', ajoute Matienko.

'Ce qui s'avère le plus pressant, c'est l'étude des flux du trafic et comment la conduite peut avoir un impact positif sur la mobilité. Comment naissent par exemple les files en accordéon et comment les éviter? Ces notions manquent encore.'

Mais provisoirement, c'est, toujours selon le VAB, surtout l'aspect psychologique du conducteur qui fait que ce dernier n'est pas prêt à céder le contrôle de son véhicule. 'Le consommateur désactivera bien vite ce genre de système d'auto-conduite car il va trop à l'encontre de sa liberté de choix.'

D'autres questions n'ont pas encore de réponse claire, selon le VAB: qui est responsable en cas d'accident avec une voiture autonome? Comment l'infrastructure routière doit-elle être adaptée et combien cela coûtera-t-il? (Belga/MI)

Les Pays-Bas veulent jouer un rôle de pionnier dans le développement de voitures et de camions autonomes. Selon le VAB, la Flandre doit aussi expérimenter dans ce domaine technologique. Mais il ne serait pas intéressant d'effectuer directement des tests de la technologie dans le trafic dense, estime le club pour la mobilité. 'Pour cela, il faudrait que cette technologie soit vraiment au point. Or aujourd'hui, il y a encore trop de zones d'ombre', ajoute Matienko. 'Ce qui s'avère le plus pressant, c'est l'étude des flux du trafic et comment la conduite peut avoir un impact positif sur la mobilité. Comment naissent par exemple les files en accordéon et comment les éviter? Ces notions manquent encore.' Mais provisoirement, c'est, toujours selon le VAB, surtout l'aspect psychologique du conducteur qui fait que ce dernier n'est pas prêt à céder le contrôle de son véhicule. 'Le consommateur désactivera bien vite ce genre de système d'auto-conduite car il va trop à l'encontre de sa liberté de choix.' D'autres questions n'ont pas encore de réponse claire, selon le VAB: qui est responsable en cas d'accident avec une voiture autonome? Comment l'infrastructure routière doit-elle être adaptée et combien cela coûtera-t-il? (Belga/MI)