Tout semble indiquer que le producteur technologique sud-coréen Samsung a été la victime d'une cyber-attaque lancée par Lapsus$. Il s'agit là de la bande qui avait précédemment aussi agressé Nvidia. Ce groupe criminel a dévoilé en ligne quelque 190 Go de données sensibles de Samsung et déclare en avoir dérobé en tout un téraoctet. Voilà ce qu'annonce le site technologique Bleeping Computer. Samsung elle-même n'a pas encore confirmé l'attaque.

Lapsus$ prétend avoir volé du code-source notamment, ainsi que des chargeurs de démarrage ('bootloaders) d'appareils de Samsung'. La bande disposerait également de divers algorithmes de sécurité et de moyens d'authentification de comptes Samsung. Elle aurait même mis la main sur des fichiers-sources du producteur de puces partenaire Qualcomm. Il n'est pas certain que Lapsus$ réclame une rançon financière à Samsung. En effet, la même bande avait affirmé la semaine dernière s'être infiltrée chez Nvidia pour exiger - ce qui est à tout le moins étonnant - que le fabricant de hardware permette à ses cartes graphiques d'extraire de nouveau des crypto-monnaies.

Tout semble indiquer que le producteur technologique sud-coréen Samsung a été la victime d'une cyber-attaque lancée par Lapsus$. Il s'agit là de la bande qui avait précédemment aussi agressé Nvidia. Ce groupe criminel a dévoilé en ligne quelque 190 Go de données sensibles de Samsung et déclare en avoir dérobé en tout un téraoctet. Voilà ce qu'annonce le site technologique Bleeping Computer. Samsung elle-même n'a pas encore confirmé l'attaque.Lapsus$ prétend avoir volé du code-source notamment, ainsi que des chargeurs de démarrage ('bootloaders) d'appareils de Samsung'. La bande disposerait également de divers algorithmes de sécurité et de moyens d'authentification de comptes Samsung. Elle aurait même mis la main sur des fichiers-sources du producteur de puces partenaire Qualcomm. Il n'est pas certain que Lapsus$ réclame une rançon financière à Samsung. En effet, la même bande avait affirmé la semaine dernière s'être infiltrée chez Nvidia pour exiger - ce qui est à tout le moins étonnant - que le fabricant de hardware permette à ses cartes graphiques d'extraire de nouveau des crypto-monnaies.