Début de ce mois, nous écrivions encore, sur la base des chiffres de Gartner, que Samsung était la principale marque de smartphones, suivie par Huawei, Apple, Xiaomi et OPPO. Une enquête effectuée par Deloitte jette à présent aussi un éclairage sur le marché belge, où l'on distingue deux grandes différences: les acteurs en vue sont ici encore plus grands, alors que les petits n'ont pas grand-chose à revendiquer.

Samsung est le numéro un du marché belge avec une part de 34 pour cent. Le géant sud-coréen a l'année écoulée perdu un pour cent de part de marché, mais reste nettement en avance sur le numéro deux.

Contrairement à la tendance internationale, ce numéro deux n'est pas Huawei, mais bien Apple qui, tout comme l'année dernière, dessert 23 pour cent du marché. Huawei se classe troisième avec 17 pour cent, tout en étant la firme qui croît le plus avec trois pour cent de part de marché supplémentaires.

Nombre d'entreprises modestes

© .

Le reste du marché est... réduit. Nokia dispose aujourd'hui d'une part de marché de 4 pour cent, contre 6 pour cent en 2017. Malgré ses téléphones de qualité à prix serré, la marque n'a pas encore réussi à convaincre le grand public. Motorola occupe pour sa part la cinquième place avec deux pour cent de part de marché, contre 1 pour cent l'année passée. Vient alors LG, qui reste stable à deux pour cent.

De la septième à la dixième place, on trouve respectivement Google, HTC et BlackBerry avec... moins d'un pour cent de part de marché. Pour Google et BlackBerry (autrefois, avant l'arrivée de l'iPhone, la marque de smarpthone par excellence), il s'agit d'un statu quo, puisque toutes deux en étaient aussi à quelque zéro pour cent les deux années précédentes. Et pour HTC, il s'agit d'un recul après son 1 pour cent en 2016 et 2017. Des acteurs tels Xiaomi et OPPO, qui se trouvent au niveau mondial dans le top cinq de Gartner, n'apparaissent même pas dans le classement de Deloitte. Il nous faut cependant apporter ici la nuance d'importance, selon laquelle leurs téléphones ne sont pas non plus vendus dans notre pays.

Le reste des marques de smartphone, toutes en-dessous d'1 pour cent, représente neuf pour cent du marché.

Le Belge achète en magasin

Deloitte a aussi demandé au Belge où il achetait son téléphone mobile. 55 pour cent l'achète en magasin, un pourcentage en légère régression. 21 pour cent l'achète en ligne, une tendance qui progresse légèrement. Et 13 pour cent reçoit son smartphone de la famille ou d'amis.

65 ans et +

Précédemment déjà, nous avions écrit que le taux de pénétration du smartphone fait en sorte avec une moyenne de 84 pour cent, selon Deloitte, que le marché belge arrive à saturation. Mais ce qui est étonnant, c'est que le taux de pénétration augmente encore et toujours auprès des générations plus âgées, où il y a encore une marge de croissance. Dans la catégorie d'âge 65-75 ans, 69 pour cent possède aujourd'hui un smartphone, contre 56 pour cent l'année précédente. Et dans la catégorie 55-64 ans, on en est actuellement à 76 pour cent.