Actuellement, 84 pour cent des Belges disposent d'un smartphone, ce qui représente une hausse de quatre pour cent par rapport à l'année dernière. Par contre, 'seuls' 82 pour cent possèdent un ordinateur portable. Voilà ce qui ressort du Global Mobile Consumer Review de Deloitte, pour lequel 2002 Belges entre 18 et 75 ans ont été interrogés.

L'entreprise de consultance prévient que le marché du smartphone est proche de la saturation en Belgique: les gens achèteront donc moins rapidement un nouvel appareil. Parmi les 18-24 ans, le taux de pénétration atteint 96 pour cent, alors que dans le segment des 55 ans et plus, il subsiste encore une marge de progression.

Selon Deloitte, notre téléphone mobile est entre-temps devenu l'appareil le plus populaire pour se livrer à des opérations bancaires via internet et pour lire, alors qu'auparavant, c'était surtout le PC qui était utilisé. Et ce, même si les écrans de PC et de TV ne sont pas condamnés à mort, puisqu'ils demeurent, conjointement avec celui du téléphone mobile, les trois plus importants écrans pour la communication, les loisirs ou les infos.

"Nous n'allons pas renoncer à l'écran TV. Les trois continueront de coexister", déclare Vincent Fosty qui, chez Deloitte, s'occupe des technologies, des médias et des télécoms. Selon lui, c'est surtout la jeune génération (jusqu'à 24 ans) qui utilisent les trois écrans sans distinction.

Fonctions intelligentes? Non, merci!

. © Deloitte

L'enquête effectuée par Deloitte fait observer à juste titre que les smartphones n'ont ces derniers temps guère fait l'objet de grands changements de design et que les fabricants se mettent par conséquent à miser sur l'AI. Soit avec de nouvelles fonctions (comme l'identification automatique des photos), soit en améliorant les fonctions existantes (prévision de mots).

Mais le Belge ne déborde pas d'enthousiasme à ce propos. 31 pour cent des personnes interrogées ne sait même pas que son smartphone intègre ce qu'on appelle des fonctions intelligentes. 41 pour cent déclare ne jamais les utiliser. L'appli réellement utilisée la plus populaire est le texte prédictif (29 pour cent), suivi par les suggestions de trafic intelligentes (19 pour cent). Pour ce qui est des assistants vocaux intelligents tels Siri ou Google Assistant, 26 pour cent savent que cela existe, mais seuls 8 pour cent des personnes les utilise vraiment.

L'e-mail plus populaire que Facebook

Si l'on envisage les applications les plus populaires, c'est l'e-mail personnel qui demeure l'outil que nous utilisons le plus au quotidien, voire par heure. Un peu plus même que Facebook et Facebook Messenger.

Suit alors la boîte mail professionnelle, puis WhatsApp, Instagram, iMessage, Snapchat, Skype, Twitter et les applis de rencontres. Telegram, davantage orienté confidentialité, n'est actuellement utilisé que par moins de dix pour cent des Belges.

© Deloitte

Netflix et Spotify

Au niveau des abonnements aux médias numériques, c'est Netflix qui est de loin le plus populaire. 23 pour cent des Belges interrogés dispose de cet abonnement. A la deuxième place, on trouve Spotify avec 13 pour cent. Le concurrent Amazon Prime Video n'a pour l'instant convaincu que quatre pour cent des Belges. Pour Amazon Music et Google Music, on en est à trois pour cent et pour Apple Music à deux pour cent.

Il nous faut faire remarquer ici que Deloitte a classé aussi les abonnements aux journaux numériques dans cette catégorie et a déterminé que quelque six pour cent a souscrit un abonnement à Het Laatste Nieuws, cinq pour cent à Het Nieuwsblad, trois pour cent à De Standaard, deux pour cent à De Morgen. Le Soir, La Dernière Heure et L'Avenir obtiennent chacun deux pour cent. De Tijd, La Libre et L'Echo desservent de leur côté chacun un pour cent du marché, selon Deloitte.

TV intelligente

L'enquête s'est également penchée sur les appareils IoT du Belge. Elle nous apprend que les TV intelligentes entrent progressivement dans les moeurs avec un taux de pénétration actuel de 37 pour cent (contre 34 pour cent en 2017). Suit alors la console de jeu avec 29 pour cent (contre 28 pour cent en 2017). Le nombre de haut-parleurs sans fil reste stable à 17 pour cent, tout comme le nombre de bracelets de fitness (12 pour cent). Les appareils de diffusion vidéo tels le Chromecast progressent légèrement de 10 à 11 pour cent.