Le géant du streaming a expliqué que cette baisse était principalement liée à la difficulté d'acquérir de nouveaux abonnés dans toutes les régions du monde, mais aussi à la suspension du service en Russie. Le pionnier du secteur a eu des chiffres gonflés pendant la pandémie de Covid-19. Le marché s'attendait à une correction mais pas aussi forte.

Netflix avait prévu de gagner 2,5 millions d'abonnés supplémentaires - et les analystes en escomptaient encore plus - mais en a, au contraire, perdu, ramenant son total à 221,64 millions d'abonnements. "La suspension de notre service en Russie et la diminution progressive du nombre d'abonnés payants russes a entraîné une perte nette de 700.000 abonnements. Sans cet impact, nous aurions eu 500.000 abonnements supplémentaires" par rapport au dernier trimestre, a précisé l'entreprise californienne dans son communiqué de résultats.

Plus de concurrence. Partage plus fréquent

Le fait que Netflix éprouve des difficultés, est évidemment dû aussi à la concurrence de plus en plus forte de la part de (tout) nouveaux acteurs, tels Apple TV+ et Disney+. Ces abonnements sont aussi souvent plus abordables que les formules de Netflix, qui a précisément augmenté ses prix en octobre dernier dans notre pays . Ce qui réduit également les rentrées de Netflix, c'est le fait que les utilisateurs partagent toujours plus souvent leur compte avec la famille et les amis. Le risque est donc grand que l'entreprise prenne bientôt des mesures plus strictes en la matière. Dans trois pays, elle a depuis peu testé une procédure consistant à infliger des frais supplémentaires aux utilisateurs outrepassant le ménage spécifié au départ.

Netflix a réalisé 7,9 milliards de dollars de chiffre d'affaires de janvier à mars, soit près de 10% de plus qu'il y a un an, notamment grâce à l'augmentation du nombre d'abonnés sur un an (+6,7%) et la hausse de ses tarifs. Mais elle a dégagé 1,6 milliard de bénéfice net, moins que le 1,7 milliard du premier trimestre 2021.

Le géant du streaming a expliqué que cette baisse était principalement liée à la difficulté d'acquérir de nouveaux abonnés dans toutes les régions du monde, mais aussi à la suspension du service en Russie. Le pionnier du secteur a eu des chiffres gonflés pendant la pandémie de Covid-19. Le marché s'attendait à une correction mais pas aussi forte.Netflix avait prévu de gagner 2,5 millions d'abonnés supplémentaires - et les analystes en escomptaient encore plus - mais en a, au contraire, perdu, ramenant son total à 221,64 millions d'abonnements. "La suspension de notre service en Russie et la diminution progressive du nombre d'abonnés payants russes a entraîné une perte nette de 700.000 abonnements. Sans cet impact, nous aurions eu 500.000 abonnements supplémentaires" par rapport au dernier trimestre, a précisé l'entreprise californienne dans son communiqué de résultats.Le fait que Netflix éprouve des difficultés, est évidemment dû aussi à la concurrence de plus en plus forte de la part de (tout) nouveaux acteurs, tels Apple TV+ et Disney+. Ces abonnements sont aussi souvent plus abordables que les formules de Netflix, qui a précisément augmenté ses prix en octobre dernier dans notre pays . Ce qui réduit également les rentrées de Netflix, c'est le fait que les utilisateurs partagent toujours plus souvent leur compte avec la famille et les amis. Le risque est donc grand que l'entreprise prenne bientôt des mesures plus strictes en la matière. Dans trois pays, elle a depuis peu testé une procédure consistant à infliger des frais supplémentaires aux utilisateurs outrepassant le ménage spécifié au départ.Netflix a réalisé 7,9 milliards de dollars de chiffre d'affaires de janvier à mars, soit près de 10% de plus qu'il y a un an, notamment grâce à l'augmentation du nombre d'abonnés sur un an (+6,7%) et la hausse de ses tarifs. Mais elle a dégagé 1,6 milliard de bénéfice net, moins que le 1,7 milliard du premier trimestre 2021.