Mascart siège depuis deux ans déjà au sein du conseil d'administration de BeUAS au nom de Scorpix et en était jusque hier l'un des vice-présidents. Il succède à Koen Meuleman qui a annoncé son départ hier. Jürgen Verstaen, jusque hier vice-président en même temps que Mascart, a aussi démissionné.

Dans son mail de départ, Meuleman a évoqué des reproches de partialité et le fait que d'autres administrateurs avaient négocié de leur propre initiative avec le cabinet de Jacqueline Galant. BeUAS le conteste à présent véhément par la voix de son secrétaire Elwin Van Herck.

"Nous ne sommes absolument pas d'accord avec ses déclarations. Il y a eu certes des divergences d'opinion, mais nous sommes une démocratie qui prend des décisions à la majorité des ⅔. Il arrive donc parfois que tout le monde ne soit pas d'accord."

Van Herck, qui parle au nom de l'organisation, fustige l'attitude négative de Meuleman, surtout vis-à-vis du cabinet de Galant. "Nous aspirons depuis quatre ans déjà à une loi et chaque fois, nous nous heurtons à des difficultés, y compris à la Direction Générale des Voies Aériennes. Cette stratégie ne fonctionne pas. A présent, nous avons opté pour la collaboration et en l'espace de deux mois, nous avons rétabli les relations avec le cabinet, et l'arrêté royal est quasiment prêt."

Ce point de vue a été confirmé dans un mail adressé aux membres: "Nous avons choisi de faire alliance au profit du secteur. Pour nous, il était trop dangereux d'encore saper l'arrêté royal et de discréditer tout le secteur."

Mascart siège depuis deux ans déjà au sein du conseil d'administration de BeUAS au nom de Scorpix et en était jusque hier l'un des vice-présidents. Il succède à Koen Meuleman qui a annoncé son départ hier. Jürgen Verstaen, jusque hier vice-président en même temps que Mascart, a aussi démissionné.Dans son mail de départ, Meuleman a évoqué des reproches de partialité et le fait que d'autres administrateurs avaient négocié de leur propre initiative avec le cabinet de Jacqueline Galant. BeUAS le conteste à présent véhément par la voix de son secrétaire Elwin Van Herck."Nous ne sommes absolument pas d'accord avec ses déclarations. Il y a eu certes des divergences d'opinion, mais nous sommes une démocratie qui prend des décisions à la majorité des ⅔. Il arrive donc parfois que tout le monde ne soit pas d'accord."Van Herck, qui parle au nom de l'organisation, fustige l'attitude négative de Meuleman, surtout vis-à-vis du cabinet de Galant. "Nous aspirons depuis quatre ans déjà à une loi et chaque fois, nous nous heurtons à des difficultés, y compris à la Direction Générale des Voies Aériennes. Cette stratégie ne fonctionne pas. A présent, nous avons opté pour la collaboration et en l'espace de deux mois, nous avons rétabli les relations avec le cabinet, et l'arrêté royal est quasiment prêt."Ce point de vue a été confirmé dans un mail adressé aux membres: "Nous avons choisi de faire alliance au profit du secteur. Pour nous, il était trop dangereux d'encore saper l'arrêté royal et de discréditer tout le secteur."