Près de six ans après la sortie du jeu de réalité augmentée "Pokémon Go", la société a du mal à égaler ce succès. Selon Bloomberg, Niantic licencierait quelque quatre-vingts employés et abandonnerait également quatre projets qui étaient toujours en cours de création. Dans un e-mail adressé à son personnel, le PDG John Hanke écrit que l'entreprise fait face à "une période de bouleversements économiques", rapporte Bloomberg. Elle est dès lors tenue de resserrer les cordons de la bourse.

"Nous avons décidé d'arrêter certains projets et de réduire nos effectifs de 8 % pour nous concentrer sur les priorités absolues", a déclaré Jonny Thaw, vice-président de la communication chez Niantic, dans une déclaration au site d'actualité technologique The Verge.

Vous connaissez Niantic comme la société derrière Pokémon Go, un jeu mobile qui, en 2016, a poussé une foule de gens à se ruer dehors pour chasser des Pokémon et a fait connaître le concept de réalité augmentée au grand public. Le but était d'attraper des monstres virtuels placés dans votre environnement réel. Ce jeu a fait le buzz et est parvenu à lever cinq milliards de dollars en cinq ans. Cependant, ce succès n'a pas duré et il s'avère difficile à réitérer. Plus récemment, Niantic a par exemple lancé deux jeux : "Pikmin Bloom", dans lequel vous vous promenez avec des Pikmin virtuels pour faire pousser des fleurs, et "Harry Potter : Wizards Unite", qui se déroule dans l'univers du célèbre magicien. Aucun de ces deux jeux n'a pu atteindre les sommets financiers de leur prédécesseur.

Parmi les projets que Niantic stoppe, on retrouve notamment "Transformers, Heavy Metal", un jeu de réalité augmentée autour de la franchise de robots éponyme. Toujours selon Bloomberg, deux autres projets annoncés devraient être lancés : "NBA All-World", qui met en scène des stars du basketball et "Peridot", un jeu virtuel d'animaux de compagnie.

Près de six ans après la sortie du jeu de réalité augmentée "Pokémon Go", la société a du mal à égaler ce succès. Selon Bloomberg, Niantic licencierait quelque quatre-vingts employés et abandonnerait également quatre projets qui étaient toujours en cours de création. Dans un e-mail adressé à son personnel, le PDG John Hanke écrit que l'entreprise fait face à "une période de bouleversements économiques", rapporte Bloomberg. Elle est dès lors tenue de resserrer les cordons de la bourse. "Nous avons décidé d'arrêter certains projets et de réduire nos effectifs de 8 % pour nous concentrer sur les priorités absolues", a déclaré Jonny Thaw, vice-président de la communication chez Niantic, dans une déclaration au site d'actualité technologique The Verge. Vous connaissez Niantic comme la société derrière Pokémon Go, un jeu mobile qui, en 2016, a poussé une foule de gens à se ruer dehors pour chasser des Pokémon et a fait connaître le concept de réalité augmentée au grand public. Le but était d'attraper des monstres virtuels placés dans votre environnement réel. Ce jeu a fait le buzz et est parvenu à lever cinq milliards de dollars en cinq ans. Cependant, ce succès n'a pas duré et il s'avère difficile à réitérer. Plus récemment, Niantic a par exemple lancé deux jeux : "Pikmin Bloom", dans lequel vous vous promenez avec des Pikmin virtuels pour faire pousser des fleurs, et "Harry Potter : Wizards Unite", qui se déroule dans l'univers du célèbre magicien. Aucun de ces deux jeux n'a pu atteindre les sommets financiers de leur prédécesseur. Parmi les projets que Niantic stoppe, on retrouve notamment "Transformers, Heavy Metal", un jeu de réalité augmentée autour de la franchise de robots éponyme. Toujours selon Bloomberg, deux autres projets annoncés devraient être lancés : "NBA All-World", qui met en scène des stars du basketball et "Peridot", un jeu virtuel d'animaux de compagnie.