Aux Etats-Unis, Microsoft a décroché un volumineux contrat militaire de pas moins de 22 milliards de dollars (quelque 19 milliards d'euros après conversion) et d'une durée de dix ans. Le deal porte notamment sur des appareils de réalité augmentée que Microsoft va fabriquer pour le Pentagone.

Les appareils ont reçu l'appellation Integrated Augmentation System et reposent sur l'HoloLens. Selon Microsoft, ils doivent augmenter la sécurité et l'efficience des soldats américains qui bénéficieront d'une meilleure vision de nuit et donc de l'environnement dans lequel ils se trouvent. Il s'agit de lunettes AR qui seront utilisées par les soldats tant en cours d'exercice que dans des situations conflictuelles.

Pentagone

Ces dernières années, Microsoft empoche pas mal d'argent grâce à l'armée américaine. C'est ainsi que l'année dernière, l'entreprise avait aussi décroché un contrat 'cloud' de 10 milliards de dollars auprès du Pentagone. Ce deal avait été contesté par Amazon, qui avait vu dans son attribution l'influence de l'ex-président Trump. Il avait cependant été quand même alloué à Microsoft après une seconde évaluation.

Aux Etats-Unis, Microsoft a décroché un volumineux contrat militaire de pas moins de 22 milliards de dollars (quelque 19 milliards d'euros après conversion) et d'une durée de dix ans. Le deal porte notamment sur des appareils de réalité augmentée que Microsoft va fabriquer pour le Pentagone.Les appareils ont reçu l'appellation Integrated Augmentation System et reposent sur l'HoloLens. Selon Microsoft, ils doivent augmenter la sécurité et l'efficience des soldats américains qui bénéficieront d'une meilleure vision de nuit et donc de l'environnement dans lequel ils se trouvent. Il s'agit de lunettes AR qui seront utilisées par les soldats tant en cours d'exercice que dans des situations conflictuelles.Ces dernières années, Microsoft empoche pas mal d'argent grâce à l'armée américaine. C'est ainsi que l'année dernière, l'entreprise avait aussi décroché un contrat 'cloud' de 10 milliards de dollars auprès du Pentagone. Ce deal avait été contesté par Amazon, qui avait vu dans son attribution l'influence de l'ex-président Trump. Il avait cependant été quand même alloué à Microsoft après une seconde évaluation.