Avec son prototype Vision EQXX, Mercedes-Benz présente une voiture électrique permettant en principe de relier la Belgique au sud de la France avec une batterie pleinement chargée. La voiture en question doit devenir la plus efficiente à ce jour chez Mercedes avec moins de 10 kWh par 100 kilomètres. En comparaison, la Tesla Model S60 consomme 18,1 kWh par 100 kilomètres.

Le concept car a été construit en l'espace de 18 mois et embarque un nouveau type de batterie compacte qui, par rapport à son volume, contient davantage d'énergie. Elle fournit ainsi quasiment 400 Wh/l (watt heure par litre).

Selon l'agence Reuters, le prototype sera testé sur différentes routes au cours du premier semestre de cette année. Le constructeur automobile souhaite à partir de 2025 ne plus sortir sur le marché que des versions électriques de ses nouveaux modèles. Il injectera aussi entre aujourd'hui et 2030 quarante milliards d'euros dans le développement de voitures électriques.

Pas (encore) sur le marché

Mais la voiture en question n'en reste provisoirement pas moins un concept. Mercedes-Benz ne précise du reste pas si et quand elle arrivera sur le marché. Des éléments du prototype équiperont d'autres voitures d'ici trois ans.

La sortie d'une voiture offrant une telle autonomie dépendra en fait de la demande du marché. L'annonce de Mercedes-Benz est par conséquent surtout une occasion de démontrer qu'un constructeur automobile classique peut très bien concurrencer un nouvel acteur spécifique comme Tesla.

Promesse vs réalité

Tel est du reste le problème généré par les concept cars. Ces prototypes sont certes prometteurs au niveau de leurs nouvelle fonctions, mais ils ne se prêtent pas à des tests routiers immédiats, ce qui fait qu'il est impossible de contrôler le bien-fondé de ces promesses et que le flou persiste quant à savoir sous quelle forme ils seront réellement vendus un jour.

C'est ainsi qu'en 2015 au salon CES, Mercedes avait déjà présenté un prototype d'un véhicule autonome, intégrant un siège pivotant pour le conducteur. Cette voiture représentait à l'époque l'avenir de la voiture sur le plan du design, de la conception et de la communication. Sept années plus tard, ce prototype est surtout resté à l'état de... prototype. Il avait en tout cas suscité beaucoup d'attention de la presse pour quelque chose qui, finalement, n'existe pas vraiment.

Avec son prototype Vision EQXX, Mercedes-Benz présente une voiture électrique permettant en principe de relier la Belgique au sud de la France avec une batterie pleinement chargée. La voiture en question doit devenir la plus efficiente à ce jour chez Mercedes avec moins de 10 kWh par 100 kilomètres. En comparaison, la Tesla Model S60 consomme 18,1 kWh par 100 kilomètres.Le concept car a été construit en l'espace de 18 mois et embarque un nouveau type de batterie compacte qui, par rapport à son volume, contient davantage d'énergie. Elle fournit ainsi quasiment 400 Wh/l (watt heure par litre).Selon l'agence Reuters, le prototype sera testé sur différentes routes au cours du premier semestre de cette année. Le constructeur automobile souhaite à partir de 2025 ne plus sortir sur le marché que des versions électriques de ses nouveaux modèles. Il injectera aussi entre aujourd'hui et 2030 quarante milliards d'euros dans le développement de voitures électriques.Mais la voiture en question n'en reste provisoirement pas moins un concept. Mercedes-Benz ne précise du reste pas si et quand elle arrivera sur le marché. Des éléments du prototype équiperont d'autres voitures d'ici trois ans.La sortie d'une voiture offrant une telle autonomie dépendra en fait de la demande du marché. L'annonce de Mercedes-Benz est par conséquent surtout une occasion de démontrer qu'un constructeur automobile classique peut très bien concurrencer un nouvel acteur spécifique comme Tesla.Tel est du reste le problème généré par les concept cars. Ces prototypes sont certes prometteurs au niveau de leurs nouvelle fonctions, mais ils ne se prêtent pas à des tests routiers immédiats, ce qui fait qu'il est impossible de contrôler le bien-fondé de ces promesses et que le flou persiste quant à savoir sous quelle forme ils seront réellement vendus un jour.C'est ainsi qu'en 2015 au salon CES, Mercedes avait déjà présenté un prototype d'un véhicule autonome, intégrant un siège pivotant pour le conducteur. Cette voiture représentait à l'époque l'avenir de la voiture sur le plan du design, de la conception et de la communication. Sept années plus tard, ce prototype est surtout resté à l'état de... prototype. Il avait en tout cas suscité beaucoup d'attention de la presse pour quelque chose qui, finalement, n'existe pas vraiment.