Magic Leap ne se livre à aucun commentaire sur le nombre exact de licenciements cité par l'agence Bloomberg, mais sur son site web, l'entreprise évoque qu'elle va suivre un nouveau cap dans un communiqué détaillé posté sur un blog.

"Pour préparer au mieux Magic Leap à l'avenir, nous avons passé notre entreprise à la loupe et allons effectuer des changements ciblés à la façon de travailler et à la gestion des coûts", déclare le CEO Rony Abovitz.

Abovitz parle d'un processus douloureux: "Mais après mûre et longue réflexion, j'ai constaté qu'il est finalement nécessaire de nous donner la meilleure chance de réussir dans le futur. Ces changements auront lieu à chaque niveau de notre entreprise: de mes rapporteurs directs à nos collaborateurs dans les usines."

Le dégraissement de personnel devrait faire en sorte que l'entreprise se focalise davantage sur des domaines qui permettront à Magic Leap 2 d'aller de l'avant et de réussir.

Il y a quelques années, la startup avait fait grande impression en recueillant de grosses sommes d'argent, notamment plus de 2,6 milliards de dollars de Google, Alibaba et du fonds d'investissement public d'Arabie Saoudite notamment. Mais l'entreprise fit également l'objet de pas mal de critiques, parce que pendant longtemps, elle n'affichait guère plus qu'une impressionnante vidéo de promotion. Entre-temps, elle a néanmoins sorti un casque.

Branche belge

Depuis l'année dernière, Magic Leap dispose aussi d'une division belge installée sur le Corda Campus. Elle avait racheté alors la firme Mimesys d'Hasselt. Au siège belge, on ne fait non plus aucun commentaire à propos des licenciements possibles. Aujourd'hui, cinq personnes travaillent dans l'entreprise d'Hasselt.

Mimesys développe une plate-forme 'cloud' de communication holographique avec laquelle elle se concentre sur le marché professionnel, sur lequel Magic Leap veut à présent davantage miser.

Magic Leap ne se livre à aucun commentaire sur le nombre exact de licenciements cité par l'agence Bloomberg, mais sur son site web, l'entreprise évoque qu'elle va suivre un nouveau cap dans un communiqué détaillé posté sur un blog."Pour préparer au mieux Magic Leap à l'avenir, nous avons passé notre entreprise à la loupe et allons effectuer des changements ciblés à la façon de travailler et à la gestion des coûts", déclare le CEO Rony Abovitz.Abovitz parle d'un processus douloureux: "Mais après mûre et longue réflexion, j'ai constaté qu'il est finalement nécessaire de nous donner la meilleure chance de réussir dans le futur. Ces changements auront lieu à chaque niveau de notre entreprise: de mes rapporteurs directs à nos collaborateurs dans les usines."Le dégraissement de personnel devrait faire en sorte que l'entreprise se focalise davantage sur des domaines qui permettront à Magic Leap 2 d'aller de l'avant et de réussir.Il y a quelques années, la startup avait fait grande impression en recueillant de grosses sommes d'argent, notamment plus de 2,6 milliards de dollars de Google, Alibaba et du fonds d'investissement public d'Arabie Saoudite notamment. Mais l'entreprise fit également l'objet de pas mal de critiques, parce que pendant longtemps, elle n'affichait guère plus qu'une impressionnante vidéo de promotion. Entre-temps, elle a néanmoins sorti un casque.Branche belgeDepuis l'année dernière, Magic Leap dispose aussi d'une division belge installée sur le Corda Campus. Elle avait racheté alors la firme Mimesys d'Hasselt. Au siège belge, on ne fait non plus aucun commentaire à propos des licenciements possibles. Aujourd'hui, cinq personnes travaillent dans l'entreprise d'Hasselt.Mimesys développe une plate-forme 'cloud' de communication holographique avec laquelle elle se concentre sur le marché professionnel, sur lequel Magic Leap veut à présent davantage miser.