Le groupe d'acheteurs chinois est donc dirigé par Apex Technology et comprend aussi le fonds d'investissement PAG Asia Capital. Il débourse 3,6 milliards de dollars pour ce rachat.

Le nom d'Apex Technology avait été cité au début de ce mois déjà comme candidat repreneur. Cette entreprise fabrique des cartouches d'encre et les puces correspondantes.

Voilà qui confère un petit côté étonnant au rachat: les fabricants d'imprimantes se sont en effet opposés des années durant aux entreprises produisant sans leur autorisation (ou sans verser de royalties) des cartouches d'encre qui concurrençaient leur encre généralement plus coûteuse. Or on observe aujourd'hui que c'est précisément un tel acteur qui s'empare de Lexmark.

Ce rachat met fin à une recherche qui a duré quelques mois. Cela faisait en effet un certain temps que Lexmark éprouvait des difficultés, ce qui la poussa à rechercher un acheteur en octobre. L'entreprise avait vu le jour en 1992 sous forme d'une division d'IBM, avant de poursuivre seule à partir de 1995.