Dans un premier temps, le Photo Transfer Tool ne fonctionnera que pour les utilisateurs irlandais, qui souhaitent transférer leurs photos vers l'appli Google Photos. Facebook entend rendre la fonction disponible partout dans le monde durant la première moitié de 2020. A terme, il devrait être aussi possible d'exporter des photos vers d'autres services que Google Photos.

Chez Facebook, on explique que la nouvelle fonction s'inscrit dans le Data Transfer Project, auquel collaborent également Apple, Google, Microsoft et Twitter. Conjointement, les géants technologiques veulent créer "une structure commune avec du code open source, capable de connecter deux fournisseurs de services en ligne, ce qui permettra un transfert de données à la fois impeccable, direct et initié par l'utilisateur entre les deux plates-formes".

"Toutes les données exportées seront cryptées et avant qu'un transfert ne démarre, les personnes devront saisir leur mot de passe", signale Facebook sur un blog. L'entreprise renvoie du reste à un récent rapport, où le Chief Privacy Officer Erin Egan explique comment Facebook veut réconcilier le transfert de données et le respect de la vie privée.

Le nouvel outil sera disponible dans les paramètres Facebook, là même où vous pouvez télécharger vos données depuis 2010 déjà. En fonction de la quantité d'informations sollicitées, cela peut se traduire par un processus compliqué. De plus, il convient ensuite de tout recharger. La nouvelle fonction devrait en principe simplifier les transferts de Facebook vers un autre réseau social et l'exportation directe de toutes vos photos et vidéos.

Le fait que le service soit d'abord testé en Irlande, siège du quartier général de Facebook, n'est pas un hasard. En Europe, la propriété de données est considérée comme un modèle commercial moins intéressant suite à l'entrée en vigueur du GDPR. L'article 20 de cette directive européenne de protection des données intègre explicitement l'exportabilité des données. De plus, on voit progressivement se manifester des initiatives open source en vue de stocker ces données de manière décentralisée, en témoigne la plate-forme Solid du Britannique Tim Berners-Lee. Ce genre de scénario, par lequel les données et plates-formes internet sont complètement dissociées les unes des autres, peut représenter une menace pour Facebook, car il veille à ce que de nouveaux acteurs puissent faire leur entrée sur le marché. L'entreprise accorde dans ce cas la préférence à un scénario, où les utilisateurs de Facebook pourront partager leurs photos et vidéos avec les autres firmes technologiques dominantes (et vice versa).