Les connexions de Viasat, une firme américaine spécialisée dans la communication par satellites, avaient été interrompues au matin du 24 février. C'est à ce moment précis que les troupes terrestres russes ont débuté leur invasion de l'Ukraine. Et ce n'est pas un hasard, selon le journal américain The Washington Post.

Selon le journal, les autorités américaines estiment après enquête que les Russes sont responsables de l'attaque sur Viasat, même si elles ne veulent pas porter une accusation publique à l'encontre du pays. A lire des sources du journal, l'attaque s'inscrirait dans une tendance par laquelle des cyber-attaques sont utilisées en support d'opérations militaires. Des sources ukrainiennes estiment quoi qu'il en soit que l'attaque en question est l'oeuvre de la Russie et pointe tout particulièrement du doigt le GRU, le département du service secret russe en charge des cyber-opérations.

Des dommages bien au-delà du champ de bataille

Il s'agirait en tout cas de la plus importante cyber-attaque ayant eu lieu depuis le début de la guerre et générant des effets bien au-delà de l'Ukraine. Les connexions de Viasat ont été interrompues pour la communication militaire et gouvernementale dans le pays, mais dans le reste de l'Europe, les clients de l'entreprise ont aussi constaté que leurs modems étaient devenus inutilisables.

Les services secrets occidentaux examinent actuellement de très près le piratage. Provisoirement, tout semble indiquer que plusieurs des appareils de l'entreprise ont été 'wiped' (effacés) et que des données ont été puisées des modems, ce qui les a rendus inutilisables le jour de l'invasion et dans les semaines qui suivirent. Viasat est actuellement occupée à remplacer physiquement nombre de modems de ses clients.

Le réseau central et les satellites de l'entreprise même n'auraient pas été endommagés lors de l'attaque. 'Viasat travaille avec ses distributeurs en vue de restaurer le service pour ses clients haut débit en Europe, qui ont été impactés par cet incident', selon l'entreprise dans un communiqué.

Cyber-guerre

Au début de la guerre, on pensait que les cyber-attaques, spécifiquement lancées par la Russie, auraient un impact particulièrement important sur l'Ukraine. Dans le passé, le pays avait déjà été aux prises avec des cyber-agressions qui avaient paralysé de grandes parties de son réseau électrique par exemple. La firme de sécurité ESET avait déjà découvert plusieurs malwares effaceurs et d'autres cyber-attaques lancées sur le pays depuis le début de la guerre. Le fait que l'infrastructure de l'Ukraine tienne partie le coup, est dû, selon des chercheurs, à l'expérience et à une cyberdéfense étonnamment solide.

Les connexions de Viasat, une firme américaine spécialisée dans la communication par satellites, avaient été interrompues au matin du 24 février. C'est à ce moment précis que les troupes terrestres russes ont débuté leur invasion de l'Ukraine. Et ce n'est pas un hasard, selon le journal américain The Washington Post.Selon le journal, les autorités américaines estiment après enquête que les Russes sont responsables de l'attaque sur Viasat, même si elles ne veulent pas porter une accusation publique à l'encontre du pays. A lire des sources du journal, l'attaque s'inscrirait dans une tendance par laquelle des cyber-attaques sont utilisées en support d'opérations militaires. Des sources ukrainiennes estiment quoi qu'il en soit que l'attaque en question est l'oeuvre de la Russie et pointe tout particulièrement du doigt le GRU, le département du service secret russe en charge des cyber-opérations.Il s'agirait en tout cas de la plus importante cyber-attaque ayant eu lieu depuis le début de la guerre et générant des effets bien au-delà de l'Ukraine. Les connexions de Viasat ont été interrompues pour la communication militaire et gouvernementale dans le pays, mais dans le reste de l'Europe, les clients de l'entreprise ont aussi constaté que leurs modems étaient devenus inutilisables.Les services secrets occidentaux examinent actuellement de très près le piratage. Provisoirement, tout semble indiquer que plusieurs des appareils de l'entreprise ont été 'wiped' (effacés) et que des données ont été puisées des modems, ce qui les a rendus inutilisables le jour de l'invasion et dans les semaines qui suivirent. Viasat est actuellement occupée à remplacer physiquement nombre de modems de ses clients.Le réseau central et les satellites de l'entreprise même n'auraient pas été endommagés lors de l'attaque. 'Viasat travaille avec ses distributeurs en vue de restaurer le service pour ses clients haut débit en Europe, qui ont été impactés par cet incident', selon l'entreprise dans un communiqué.Au début de la guerre, on pensait que les cyber-attaques, spécifiquement lancées par la Russie, auraient un impact particulièrement important sur l'Ukraine. Dans le passé, le pays avait déjà été aux prises avec des cyber-agressions qui avaient paralysé de grandes parties de son réseau électrique par exemple. La firme de sécurité ESET avait déjà découvert plusieurs malwares effaceurs et d'autres cyber-attaques lancées sur le pays depuis le début de la guerre. Le fait que l'infrastructure de l'Ukraine tienne partie le coup, est dû, selon des chercheurs, à l'expérience et à une cyberdéfense étonnamment solide.