Au début de cette année, Jambon avait annoncé qu'il voulait recourir à Solid pour offrir aux citoyens un plus grand contrôle sur leurs données. Des projets-tests à propos de Mijn Burgerprofiel (mon profil de citoyen) notamment sont aujourd'hui déjà en cours. Les récents entretiens n'ont fait que confirmer la collaboration.

Contrôle des données

Solid transforme le modèle actuel de collecte des données. Au lieu que les entreprises collectent le plus de données possible de leurs clients, les internautes recevront grâce à la technologie une sorte de coffre de stockage, un 'Pod', pour abriter leurs données. Ce faisant, les services eux-mêmes donneront un accès unique à des données spécifiques telles la date de naissance ou le nom.

"Il s'agit là d'une nouvelle espèce de protocole web", explique Tim Berners-Lee à Data News. L'homme est non seulement l'inventeur du world wide web, mais aussi l'un des initiateurs de Solid. "Nous ajoutons ainsi entre autres le 'single sign-on' (authentification unique) au web, ce qui lui fait encore défaut actuellement." L'idée sous-jacente est que l'utilisateur puisse avec sa propre identité se connecter à n'importe quel service et appli supportant Solid. "Le protocole est similaire à celui de l'authentification unique chez Facebook ou Google, à cette différence près qu'un compte Facebook n'est pas nécessaire", poursuit Berners-Lee.

Et que Facebook peut ainsi vous suivre partout. Avec Solid, un plus grand contrôle d'accès devrait aussi revenir à l'utilisateur. "Nous avons observé que la plupart des choses que vous faites en ligne, sont collectives. Il y a des choses publiques et privées, mais la plupart d'entre elles, vous les partagez avec des personnes spécifiques", déclare Berners-Lee. "Jusqu'à présent, le web ne disposait cependant pas encore d'un concept général de contrôle d'accès. Avec le nouveau protocole, vous pourrez donner accès à des groupes ou des gens spécifiques, et gérer cet accès."

Entre-temps en Flandre

La Flandre est l'une des premières régions, où Solid sera utilisé en tant que tel. "Permettre le transfert de données, c'est la clé pour offrir à notre société et à notre économie un énorme 'boost' au cours des années vingt. Mais cela exige de la confiance. La Flandre entend renforcer cette confiance dans la société data en donnant au citoyen le contrôle de ses propres données, afin qu'elles puissent être partagées de manière à la fois plus fluide et sûre. Nous créerons ainsi une identité numérique autogérée", affirme le ministre-président flamand Jan Jambon dans un communiqué de presse.

Grâce à la fondation de la Datanutsbedrijf, Digitaal Vlaanderen veut explorer les possibilités de confier les services liés à l'offre des coffres-forts personnels à des organisations et à des autorités en dehors de la Flandre. Dans ce but, celle-ci a mis en oeuvre une collaboration avec Inrupt, l'entreprise de Berners-Lee.

Sir Tim Berners-Lee est considéré comme l'un des fondateurs du web. Avec Solid, il entend à présent redresser le cap du web. Data News a rencontré l'homme et son équipe en marge de ces annonces. Vous découvrirez l'interview complète dans la version imprimée de Data News.

Au début de cette année, Jambon avait annoncé qu'il voulait recourir à Solid pour offrir aux citoyens un plus grand contrôle sur leurs données. Des projets-tests à propos de Mijn Burgerprofiel (mon profil de citoyen) notamment sont aujourd'hui déjà en cours. Les récents entretiens n'ont fait que confirmer la collaboration.Solid transforme le modèle actuel de collecte des données. Au lieu que les entreprises collectent le plus de données possible de leurs clients, les internautes recevront grâce à la technologie une sorte de coffre de stockage, un 'Pod', pour abriter leurs données. Ce faisant, les services eux-mêmes donneront un accès unique à des données spécifiques telles la date de naissance ou le nom."Il s'agit là d'une nouvelle espèce de protocole web", explique Tim Berners-Lee à Data News. L'homme est non seulement l'inventeur du world wide web, mais aussi l'un des initiateurs de Solid. "Nous ajoutons ainsi entre autres le 'single sign-on' (authentification unique) au web, ce qui lui fait encore défaut actuellement." L'idée sous-jacente est que l'utilisateur puisse avec sa propre identité se connecter à n'importe quel service et appli supportant Solid. "Le protocole est similaire à celui de l'authentification unique chez Facebook ou Google, à cette différence près qu'un compte Facebook n'est pas nécessaire", poursuit Berners-Lee.Et que Facebook peut ainsi vous suivre partout. Avec Solid, un plus grand contrôle d'accès devrait aussi revenir à l'utilisateur. "Nous avons observé que la plupart des choses que vous faites en ligne, sont collectives. Il y a des choses publiques et privées, mais la plupart d'entre elles, vous les partagez avec des personnes spécifiques", déclare Berners-Lee. "Jusqu'à présent, le web ne disposait cependant pas encore d'un concept général de contrôle d'accès. Avec le nouveau protocole, vous pourrez donner accès à des groupes ou des gens spécifiques, et gérer cet accès."La Flandre est l'une des premières régions, où Solid sera utilisé en tant que tel. "Permettre le transfert de données, c'est la clé pour offrir à notre société et à notre économie un énorme 'boost' au cours des années vingt. Mais cela exige de la confiance. La Flandre entend renforcer cette confiance dans la société data en donnant au citoyen le contrôle de ses propres données, afin qu'elles puissent être partagées de manière à la fois plus fluide et sûre. Nous créerons ainsi une identité numérique autogérée", affirme le ministre-président flamand Jan Jambon dans un communiqué de presse.Grâce à la fondation de la Datanutsbedrijf, Digitaal Vlaanderen veut explorer les possibilités de confier les services liés à l'offre des coffres-forts personnels à des organisations et à des autorités en dehors de la Flandre. Dans ce but, celle-ci a mis en oeuvre une collaboration avec Inrupt, l'entreprise de Berners-Lee.