Avec leur Entity List, les Etats-Unis veulent éviter que de la technologie américaine soit utilisée en support d'activités militaires en Chine et Russie. Les entreprises figurant sur la liste noire se voient infliger une interdiction de commercer aux Etats-Unis, ce qui fait qu'il leur est plus compliqué d'y acheter de l'équipement et des logiciels.

Parmi les nouvelles marques ajoutées à la liste noire, on trouve des entreprises établies en Chine, au Japon, au Pakistan et à Singapour. Huit firmes chinoises figurent à présent sur la liste en raison du support qu'elles offrent à la modernisation de l'armée chinoise. Elles utilisent la technologie quantique dans des applications militaires supportées, comme des opérations menées contre des sous-marins. Les Etats-Unis espèrent ainsi aussi s'opposer au développement par la Chine de la technologie quantique en vue par exemple de 'craquer' le cryptage ou, à l'inverse, de mettre au point un cryptage 'incraquable'.

Fusées

Seize entités et individus actifs en Chine et au Pakistan ont été ajoutées à l'Entity List en raison de leur contribution à des 'activités nucléaires non sécurisées' et à des programmes de fusées balistiques au Pakistan. Trois relations de Corad Technology Limited apparaissent à présent aussi sur l'Entity List pour leur implication dans la vente de technologies américaines et occidentales à l'Iran à des fins militaires et spatiales, mais aussi à des entreprises nord-coréennes, au gouvernement chinois et à l'armée chinoise.

C'est déjà la deuxième fois ce mois-ci que la liste Entity List est étendue. Précédemment, les Etats-Unis y avaient aussi placé la firme israélienne NSO suite à une plainte de WhatsApp contre les outils de piratage et d'espionnage de cette entreprise.

Les Etats-Unis annoncent en outre qu'un institut russe a été ajouté à une autre liste noire baptisée Military End-User (MEU) List. Le Moscow Institute of Physics and Technology fabrique des produits militaires pour des utilisateurs finaux, selon les autorités américaines.

Le gouvernement chinois a entre-temps déclaré à l'agence de presse Reuters qu'il est déçu de ces ajouts et qu'il envisage de prendre des mesures de rétorsion.

En collaboration avec Dutch IT Channel

Avec leur Entity List, les Etats-Unis veulent éviter que de la technologie américaine soit utilisée en support d'activités militaires en Chine et Russie. Les entreprises figurant sur la liste noire se voient infliger une interdiction de commercer aux Etats-Unis, ce qui fait qu'il leur est plus compliqué d'y acheter de l'équipement et des logiciels.Parmi les nouvelles marques ajoutées à la liste noire, on trouve des entreprises établies en Chine, au Japon, au Pakistan et à Singapour. Huit firmes chinoises figurent à présent sur la liste en raison du support qu'elles offrent à la modernisation de l'armée chinoise. Elles utilisent la technologie quantique dans des applications militaires supportées, comme des opérations menées contre des sous-marins. Les Etats-Unis espèrent ainsi aussi s'opposer au développement par la Chine de la technologie quantique en vue par exemple de 'craquer' le cryptage ou, à l'inverse, de mettre au point un cryptage 'incraquable'.Seize entités et individus actifs en Chine et au Pakistan ont été ajoutées à l'Entity List en raison de leur contribution à des 'activités nucléaires non sécurisées' et à des programmes de fusées balistiques au Pakistan. Trois relations de Corad Technology Limited apparaissent à présent aussi sur l'Entity List pour leur implication dans la vente de technologies américaines et occidentales à l'Iran à des fins militaires et spatiales, mais aussi à des entreprises nord-coréennes, au gouvernement chinois et à l'armée chinoise.C'est déjà la deuxième fois ce mois-ci que la liste Entity List est étendue. Précédemment, les Etats-Unis y avaient aussi placé la firme israélienne NSO suite à une plainte de WhatsApp contre les outils de piratage et d'espionnage de cette entreprise.Les Etats-Unis annoncent en outre qu'un institut russe a été ajouté à une autre liste noire baptisée Military End-User (MEU) List. Le Moscow Institute of Physics and Technology fabrique des produits militaires pour des utilisateurs finaux, selon les autorités américaines.Le gouvernement chinois a entre-temps déclaré à l'agence de presse Reuters qu'il est déçu de ces ajouts et qu'il envisage de prendre des mesures de rétorsion.En collaboration avec Dutch IT Channel