La digi-taxe est une pierre d'achoppement dans les négociations internationales portant sur un impôt de base pour les multinationales américaines. Selon Washington, les pays appliquant cette taxe discrimineraient les grandes firmes technologiques américaines comme Apple, Amazon, Google et Facebook. Mais le gouvernement britannique avait précédemment déjà indiqué que si les Etats-Unis souhaitaient soutenir un tarif fiscal minimum mondial, il fallait que les groupes technologiques américains fournissent eux aussi fournir une contribution correcte.

Au préalable, les Etats-Unis avaient menacé de prendre des mesures à l'encontre de l'Union européenne, avant de se rétracter en mars. Des tarifs commerciaux spéciaux pour la France ont aussi été suspendus. Seuls les pays membres de l'UE que sont l'Italie, l'Espagne et l'Autriche étaient encore dans le collimateur américain, mais tel n'est donc temporairement plus le cas.

La digi-taxe est une pierre d'achoppement dans les négociations internationales portant sur un impôt de base pour les multinationales américaines. Selon Washington, les pays appliquant cette taxe discrimineraient les grandes firmes technologiques américaines comme Apple, Amazon, Google et Facebook. Mais le gouvernement britannique avait précédemment déjà indiqué que si les Etats-Unis souhaitaient soutenir un tarif fiscal minimum mondial, il fallait que les groupes technologiques américains fournissent eux aussi fournir une contribution correcte.Au préalable, les Etats-Unis avaient menacé de prendre des mesures à l'encontre de l'Union européenne, avant de se rétracter en mars. Des tarifs commerciaux spéciaux pour la France ont aussi été suspendus. Seuls les pays membres de l'UE que sont l'Italie, l'Espagne et l'Autriche étaient encore dans le collimateur américain, mais tel n'est donc temporairement plus le cas.