Plus de 130 firmes américaines ont introduit une demande pour pouvoir vendre à Huawei, mais les licences le permettant se font attendre, selon l'agence de presse Reuters. En mai, Huawei avait été placée sur la liste noire aux Etats-Unis et depuis lors, il est interdit aux entreprises américaines d'encore lui vendre quoi que ce soit. Selon les Etats-Unis, l'entreprise entretiendrait des liens avec les autorités chinoises et pourrait espionner les utilisateurs. Les firmes américaines qui veulent encore collaborer avec le géant technologique chinois, ont donc besoin d'une licence. Le président Donald Trump avait précédemment déjà déclaré qu'il pourrait faire des exceptions, mais en vain jusqu'à présent.

Tout cela serait dû à l'absence de directives transparentes. Le président Trump en personne aurait donné des signaux contradictoires dans le conflit commercial qui oppose son pays à la Chine. Il en résulte qu'il n'est pas très clair de savoir ce que le gouvernement veut faire précisément du bannissement d'Huawei. Comme les fonctionnaires ne savent pas vraiment ce que l'administration Trump veut, ils craindraient de prendre des décisions. Voilà qui explique pourquoi toutes les demandes de licence sont encore en traitement, selon Reuters.

Huawei est le deuxième plus grand fabricant de smartphones au monde après Samsung. Pour beaucoup de producteurs de puces et éditeurs de logiciels américains, Huawei est (ou était) un partenaire important. Les Etats-Unis ont ces derniers mois étendu leur liste noire à 45 entreprises qui collaborent avec Huawei.