En sa qualité d'European Data Protection Supervisor, Wojciech Wiewiórowski est en charge de la protection des données dans l'UE. Dans une opinion, il indique que les annonces politiques visant un groupe-cible spécifique via ce qu'on appelle en jargon le 'microtargeting', doivent être complètement interdites. Il réagit ainsi à des récentes propositions du Parlement européen en vue de museler les publicités politiques.

Les propositions que préparent actuellement la Commission, portent sur la transparence à appliquer aux annonces politiques, mais contiendraient aussi encore pas mal de portes dérobées permettant la diffusion de propagande. Selon Wiewiórowski, cela devrait être rendu plus strict. Ce que vise surtout le régulateur des données, ce sont les annonces micro-ciblées

Démocratie

'La communication politique est essentielle pour les citoyens, les partis politiques et les candidats pour qu'ils participent à la vie démocratique. Pour maintenir notre démocratie, nous avons également besoin de règles strictes, afin de contrer la désinformation, la manipulation de voix et l'immixtion dans nos élections. Nous devons en faire plus, si nous voulons combattre les risques en matière de recours au ciblage ('targeting') et aux techniques d'amplification politique', affirme le régulateur data.

Et de s'en prendre surtout au micro-ciblage, par lequel un groupe spécifique se voit proposer certaines annonces par exemple via Facebook ou d'autres médias sociaux. Cette forme de publicité est parfois assimilée à de la manipulation, parce qu'elle peut être exploitée en vue de mettre la pression sur les électeurs. Les groupes de citoyens en désaccord avec les grandes lignes d'un parti, se voient alors présenter des annonces destinées à les convaincre de ne pas aller voter.

L'opinion susmentionnée sort au moment où tant la Commission européenne que le Parlement européen préparent des propositions en matière de publicité et de transparence en ligne. Une proposition du Parlement, sortie la semaine dernière, dénonce déjà nettement la publicité ciblée. C'est ainsi que les parlementaires réclament des règles plus rigoureuses sur le plan du ciblage des gens à base d'infos liées à la conviction politique, l'orientation sexuelle, l'origine ethnique ou à d'autres données sensibles. Une interdiction générale de la publicité ciblant les adultes, les parlementaires la rejettent, une chose que Wiewiórowski avait pourtant précédemment déjà demandée. Dans les semaines et mois à venir, le Parlement européen et le Conseil européen (qui représente les états membres) devraient se prononcer sur les règles publicitaires.

En sa qualité d'European Data Protection Supervisor, Wojciech Wiewiórowski est en charge de la protection des données dans l'UE. Dans une opinion, il indique que les annonces politiques visant un groupe-cible spécifique via ce qu'on appelle en jargon le 'microtargeting', doivent être complètement interdites. Il réagit ainsi à des récentes propositions du Parlement européen en vue de museler les publicités politiques.Les propositions que préparent actuellement la Commission, portent sur la transparence à appliquer aux annonces politiques, mais contiendraient aussi encore pas mal de portes dérobées permettant la diffusion de propagande. Selon Wiewiórowski, cela devrait être rendu plus strict. Ce que vise surtout le régulateur des données, ce sont les annonces micro-ciblées'La communication politique est essentielle pour les citoyens, les partis politiques et les candidats pour qu'ils participent à la vie démocratique. Pour maintenir notre démocratie, nous avons également besoin de règles strictes, afin de contrer la désinformation, la manipulation de voix et l'immixtion dans nos élections. Nous devons en faire plus, si nous voulons combattre les risques en matière de recours au ciblage ('targeting') et aux techniques d'amplification politique', affirme le régulateur data.Et de s'en prendre surtout au micro-ciblage, par lequel un groupe spécifique se voit proposer certaines annonces par exemple via Facebook ou d'autres médias sociaux. Cette forme de publicité est parfois assimilée à de la manipulation, parce qu'elle peut être exploitée en vue de mettre la pression sur les électeurs. Les groupes de citoyens en désaccord avec les grandes lignes d'un parti, se voient alors présenter des annonces destinées à les convaincre de ne pas aller voter.L'opinion susmentionnée sort au moment où tant la Commission européenne que le Parlement européen préparent des propositions en matière de publicité et de transparence en ligne. Une proposition du Parlement, sortie la semaine dernière, dénonce déjà nettement la publicité ciblée. C'est ainsi que les parlementaires réclament des règles plus rigoureuses sur le plan du ciblage des gens à base d'infos liées à la conviction politique, l'orientation sexuelle, l'origine ethnique ou à d'autres données sensibles. Une interdiction générale de la publicité ciblant les adultes, les parlementaires la rejettent, une chose que Wiewiórowski avait pourtant précédemment déjà demandée. Dans les semaines et mois à venir, le Parlement européen et le Conseil européen (qui représente les états membres) devraient se prononcer sur les règles publicitaires.