Les ministres français et allemand de l'économie, Bruno Le Maire et Peter Altmaier, ont communiqué fin de la semaine dernière un état des lieux du projet qui avait été annoncé pour la première fois l'année passée.

En bref, Gaia-X entend être une initiative européenne en matière d'infrastructure de données et une réponse à AWS, Azure, Google, Alibaba et à d'autres plates-formes 'cloud' en vue hors de l'UE. L'objectif est que l'initiative fonctionne sous législation européenne. Le projet en tant que tel prendra la forme d'une organisation non marchande dans notre pays.

Selon The Register, il y avait lors de cette première annonce 22 entreprises françaises et allemandes prêtes à collaborer. Il s'agit entre autres d'Orange, Bosch, BMW, Siemens, Atos, OVHcloud et Deutsche Telekom. Aujourd'hui, quelque 170 personnes provenant de 150 entreprises et institutions de recherche sont impliquées.

Par souci de clarté, sachez que Gaia-X n'est pas un nouveau fournisseur de nuages, mais bien une 'infrastructure data fédérée', destinée à supporter un écosystème européen. Il est question ici d'une série d'accords permettant à des fournisseurs de services 'cloud' d'inter-opérer sous législation européenne, en ce compris la portabilité des données, la transparence et des conditions de participation équitables.

Les ministres français et allemand de l'économie, Bruno Le Maire et Peter Altmaier, ont communiqué fin de la semaine dernière un état des lieux du projet qui avait été annoncé pour la première fois l'année passée.En bref, Gaia-X entend être une initiative européenne en matière d'infrastructure de données et une réponse à AWS, Azure, Google, Alibaba et à d'autres plates-formes 'cloud' en vue hors de l'UE. L'objectif est que l'initiative fonctionne sous législation européenne. Le projet en tant que tel prendra la forme d'une organisation non marchande dans notre pays.Selon The Register, il y avait lors de cette première annonce 22 entreprises françaises et allemandes prêtes à collaborer. Il s'agit entre autres d'Orange, Bosch, BMW, Siemens, Atos, OVHcloud et Deutsche Telekom. Aujourd'hui, quelque 170 personnes provenant de 150 entreprises et institutions de recherche sont impliquées.Par souci de clarté, sachez que Gaia-X n'est pas un nouveau fournisseur de nuages, mais bien une 'infrastructure data fédérée', destinée à supporter un écosystème européen. Il est question ici d'une série d'accords permettant à des fournisseurs de services 'cloud' d'inter-opérer sous législation européenne, en ce compris la portabilité des données, la transparence et des conditions de participation équitables.