Le 29 juin, le groupe allemand Knauf, surtout connu pour ses produits de plâtre, a été la victime d'une cyber-attaque. A cette occasion, des filiales dans le monde entier ont été touchées, dont celles de Wezet et d'Engis en Belgique. Il en résulta que de nombreux systèmes logiciels furent stoppés (préventivement ou non), alors que les lignes de production continuèrent de tourner.

Entre-temps, l'attaque a été revendiquée par la bande au ransomware (rançongiciel) Black Basta, selon le site technologique Bleepingcomputer. Le gang déclare avoir publié quelque 20% des fichiers dérobés. Il s'agit entre autres d'exemples de courriels, de logins d'utilisateurs, de données d'employés, etc. La bande espère dans les plus brefs délais inciter Knauf à verser une rançon pour que ne soit pas publié le reste des informations volées.

Black Basta n'existe pas depuis très longtemps. Les premières attaques au rançongiciel perpétrées par la bande datent en effet d'avril 2022. Le modèle du double chantage, par lequel la bande menace de publier des informations sensibles, a cependant déjà réussi à faire très rapidement des victimes, notamment auprès de l'Organisation américaine des Dentistes, où des données personnelles de ces derniers ont été dérobées.

Le 29 juin, le groupe allemand Knauf, surtout connu pour ses produits de plâtre, a été la victime d'une cyber-attaque. A cette occasion, des filiales dans le monde entier ont été touchées, dont celles de Wezet et d'Engis en Belgique. Il en résulta que de nombreux systèmes logiciels furent stoppés (préventivement ou non), alors que les lignes de production continuèrent de tourner.Entre-temps, l'attaque a été revendiquée par la bande au ransomware (rançongiciel) Black Basta, selon le site technologique Bleepingcomputer. Le gang déclare avoir publié quelque 20% des fichiers dérobés. Il s'agit entre autres d'exemples de courriels, de logins d'utilisateurs, de données d'employés, etc. La bande espère dans les plus brefs délais inciter Knauf à verser une rançon pour que ne soit pas publié le reste des informations volées.Black Basta n'existe pas depuis très longtemps. Les premières attaques au rançongiciel perpétrées par la bande datent en effet d'avril 2022. Le modèle du double chantage, par lequel la bande menace de publier des informations sensibles, a cependant déjà réussi à faire très rapidement des victimes, notamment auprès de l'Organisation américaine des Dentistes, où des données personnelles de ces derniers ont été dérobées.