L'année dernière Musk avait causé l'émoi avec un tweet, dans lequel il affirmait indûment que Tesla allait se retirer de la bourse. Le message, où il prétendait en outre que le financement de cette sortie de la bourse était réglé, lui avait valu une amende infligée par le contrôleur boursier SEC pour avoir trompé les investisseurs. Il avait été également contraint de renoncer à sa fonction de président du conseil d'administration de Tesla. L'arrangement conclu en octobre dernier prévoyait en outre que Musk devait recevoir une autorisation préalable pour émettre des tweets aussi importants pour les actionnaires. Dans ce but, Tesla a même créé un comité.

Récemment, Musk a cependant brûlé de nouveau la politesse de tout un chacun en envoyant un message sur Twitter. Ce tweet faisait état tout un temps en ligne de prévisions abusivement positives quant au nombre de voitures électriques produites de la marque. Dans ce tweet, qui ne fut supprimé qu'au bout de quelques heures, Musk signale que Tesla va fournir 500.000 voitures cette année et ce, alors que l'entreprise évoquait 400.000 exemplaires pour 2019 dans des précédentes présentations à l'attention des investisseurs.

Pour ce tweet, aucune demande d'approbation n'a été introduite, comme l'a constaté le SEC, qui a donc demandé à un juge fédéral de mettre Musk en demeure. Selon Tesla, cette approbation n'était pas nécessaire, parce que le tweet, bien que fautif, était basé sur des informations publiques émanant d'entretiens avec des analystes. Ce mardi, Musk a déclaré sur Twitter que le SEC "avait oublié" de lire cette transcription. "Et c'est bien gênant ...", a conclu Musk.