On ignore provisoirement encore qui est à l'initiative de la cyber-attaque. La présidente du Parlement, Anu Vehvilainen, a qualifié le piratage 'de menace sérieuse pour la démocratie en général et pour la société finlandaise en particulier'.

'Pour renforcer la cyber-sécurité, nous devons prendre nous-mêmes des mesures nationales et collaborer activement au sein de l'UE et au niveau international', a-t-elle ajouté. Aussi longtemps que dure l'enquête, le Parlement finnois se refusera à tout commentaire.

Pas un hasard

'Ce n'est pas un hasard', a déclaré l'inspecteur principal de la recherche nationale finlandaise, qui n'a pas pu encore révéler combien de comptes e-mail avaient été piratés. Plus tôt cette année, le Parlement norvégien avait été lui aussi aux prises avec une cyber-attaque similaire. Les autorités norvégiennes avaient alors établi un lien avec des pirates travaillant pour le service de sécurité militaire russe.

On ignore provisoirement encore qui est à l'initiative de la cyber-attaque. La présidente du Parlement, Anu Vehvilainen, a qualifié le piratage 'de menace sérieuse pour la démocratie en général et pour la société finlandaise en particulier'.'Pour renforcer la cyber-sécurité, nous devons prendre nous-mêmes des mesures nationales et collaborer activement au sein de l'UE et au niveau international', a-t-elle ajouté. Aussi longtemps que dure l'enquête, le Parlement finnois se refusera à tout commentaire.'Ce n'est pas un hasard', a déclaré l'inspecteur principal de la recherche nationale finlandaise, qui n'a pas pu encore révéler combien de comptes e-mail avaient été piratés. Plus tôt cette année, le Parlement norvégien avait été lui aussi aux prises avec une cyber-attaque similaire. Les autorités norvégiennes avaient alors établi un lien avec des pirates travaillant pour le service de sécurité militaire russe.