Le centre Moscone de San Francisco accueille cette semaine la RSA Conference, qui attire chaque année plus de 40.000 visiteurs. A l'approche de cette conférence - et dans le sillage de l'annulation du salon MWC de Barcelone -, 14 fournisseurs en tout ont décidé de ne pas participer à la RSA. Et pas des moindres, puisque trois d'entre eux sont des sponsors de la conférence. Selon l'organisation, 1,2 pour cent de l'ensemble des visiteurs ont déjà annulé leur enregistrement. L'organisation insiste cependant sur le fait que des mesures supplémentaires ont été prises.

Normalement, la MWC (Mobile World Conference) aurait dû avoir lieu cette semaine à Barcelone. Elle draine plus de 100.000 visiteurs vers la ville espagnole. La peur de la poursuite de la propagation du COVID-19 a entraîné une cascade de désistements d'exposants, d'orateurs et de sponsors, ce qui a amené l'organisateur GSMA à décider d'annuler purement et simplement le salon. La conférence sur la sécurité prévue par Kaspersky début avril à Barcelone aura, elle, bien lieu.

Un effet de cascade menace la Game Developers Conference

Et la crainte existe que toujours plus de conférences technologiques - caractérisées en général par un net profil international - connaissent des problèmes au fur et à mesure de l'extension du virus. Nombre de ces conférences sont organisées à San Francisco. La ville américaine a déclaré l'état d'urgence hier mardi par crainte de la propagation du nouveau coronavirus: une mesure proactive pour pouvoir intervenir rapidement si besoin est. La Game Developers Conference (GDC) sera organisée à San Francisco du 16 au 20 mars, et la peur du COVID-19 y est clairement perceptible. A présent que toujours plus de noms sur la liste se désistent, on craint un effet de cascade similaire à celui de MWC. Ont entre-temps déjà décidé d'annuler leur présence à GDC ou de la réduire drastiquement: Sony (PlayStation), Facebook (Oculus), le géant des jeux EA et Kojima Productions.

Qu'en est-il des autres conférences?

La question est aujourd'hui de savoir à quoi va ressembler le reste de la saison des conférences dans la Silicon Valley. A l'agenda, on trouve notamment à côté de nombreuses autres événements technologiques à plus petite échelle: Red Hat Summit et Google Cloud Next en avril, Google I/O (Mountain View) en mai, Facebook F8 (San Jose) et Apple WWDC (San Jose) en juin. Provisoirement, il n'y a pas encore d'indications, selon lesquelles ces conférences seraient menacées, mais cela peut aller très vite. Facebook a par exemple déjà annulé une conférence de marketing susceptible d'accueillir quelque 5.000 visiteurs. Elle aurait dû être organisée début mars dans le centre Moscone de San Francisco.

Le centre Moscone de San Francisco accueille cette semaine la RSA Conference, qui attire chaque année plus de 40.000 visiteurs. A l'approche de cette conférence - et dans le sillage de l'annulation du salon MWC de Barcelone -, 14 fournisseurs en tout ont décidé de ne pas participer à la RSA. Et pas des moindres, puisque trois d'entre eux sont des sponsors de la conférence. Selon l'organisation, 1,2 pour cent de l'ensemble des visiteurs ont déjà annulé leur enregistrement. L'organisation insiste cependant sur le fait que des mesures supplémentaires ont été prises.Normalement, la MWC (Mobile World Conference) aurait dû avoir lieu cette semaine à Barcelone. Elle draine plus de 100.000 visiteurs vers la ville espagnole. La peur de la poursuite de la propagation du COVID-19 a entraîné une cascade de désistements d'exposants, d'orateurs et de sponsors, ce qui a amené l'organisateur GSMA à décider d'annuler purement et simplement le salon. La conférence sur la sécurité prévue par Kaspersky début avril à Barcelone aura, elle, bien lieu. Et la crainte existe que toujours plus de conférences technologiques - caractérisées en général par un net profil international - connaissent des problèmes au fur et à mesure de l'extension du virus. Nombre de ces conférences sont organisées à San Francisco. La ville américaine a déclaré l'état d'urgence hier mardi par crainte de la propagation du nouveau coronavirus: une mesure proactive pour pouvoir intervenir rapidement si besoin est. La Game Developers Conference (GDC) sera organisée à San Francisco du 16 au 20 mars, et la peur du COVID-19 y est clairement perceptible. A présent que toujours plus de noms sur la liste se désistent, on craint un effet de cascade similaire à celui de MWC. Ont entre-temps déjà décidé d'annuler leur présence à GDC ou de la réduire drastiquement: Sony (PlayStation), Facebook (Oculus), le géant des jeux EA et Kojima Productions.La question est aujourd'hui de savoir à quoi va ressembler le reste de la saison des conférences dans la Silicon Valley. A l'agenda, on trouve notamment à côté de nombreuses autres événements technologiques à plus petite échelle: Red Hat Summit et Google Cloud Next en avril, Google I/O (Mountain View) en mai, Facebook F8 (San Jose) et Apple WWDC (San Jose) en juin. Provisoirement, il n'y a pas encore d'indications, selon lesquelles ces conférences seraient menacées, mais cela peut aller très vite. Facebook a par exemple déjà annulé une conférence de marketing susceptible d'accueillir quelque 5.000 visiteurs. Elle aurait dû être organisée début mars dans le centre Moscone de San Francisco.