La puce est équipée d'un neural processing unit (NPU). Son avantage, c'est que les calculs pour les travaux AI peuvent être directement effectués sur le téléphone même, plutôt que d'être d'abord transférés vers un serveur. Cela devrait se traduire par des prestations plus rapides et par une meilleure protection des informations personnelles.

"Les services liés à l'AI progressent, et leur utilisation se diversifie dans les appareils mobiles. Les processeurs doivent donc aussi devenir plus efficients et pouvoir calculer plus rapidement", peut-on lire dans un communiqué de presse.

Samsung emboîte ainsi le pas à Apple et Huawei, qui avaient précédemment déjà développé une puce AI pour leurs smartphones.