Pour cette année, Canalys évoque une régression de sept pour cent du nombre d'ordinateurs de bureau, portables et tablettes vendus. Il serait ainsi question de 367,8 millions d'appareils contre 395,6 millions en 2019. L'année prochaine, la croissance resterait quasiment plane, alors que pour 2022, il y aurait de nouveau une progression de deux pour cent. Il faudra donc attendre encore plus longtemps avant de pouvoir à nouveau égaler les chiffres de 2019.

Le principal recul a été enregistré au premier trimestre de l'année. Selon Canalys, les ventes dans les trois prochains trimestres seront encore et toujours moindres que celles de l'année dernière, mais ce sera quand même moins grave que durant les trois premier mois de la crise du corona. Cela s'explique par le redémarrage de la chaîne d'approvisionnement et de la production en Chine.

Un incitant pour les ordinateurs portables

Assez étonnamment, il y a cependant aussi quelques points positifs. C'est ainsi que Canalys fait observer que si les ordinateurs de bureau pâtissent le plus de la crise, la plupart des canaux de vente ont enregistré une hausse du nombre d'ordinateurs portables écoulés. Comme beaucoup de gens doivent travailler à domicile, tant chez les entreprises que dans les familles, il y a eu le besoin de disposer de suffisamment de laptops.

"Le covid-19 a boosté l'industrie du PC. Malgré la progression des smartphones et des tablettes au cours des dernières années, le besoin d'ordinateurs portables performants n'a jamais été aussi prononcé", déclare Rushabh Doshi, research director chez Canalys.

Il en va tout autrement pour les tablettes, surtout populaires chez les consommateurs, qui vont sérieusement régresser. Spécifiquement pour la fin de l'année, lors de la période des fêtes, l'organisation s'attend à ce que moins de consommateurs achètent une tablette. Cela s'explique en partie par l'incertitude économique qui règne. Certains appareils doivent certes être achetés, mais tant les consommateurs, les entreprises que les pouvoirs publics vont probablement postposer leurs achats.

La tendance est claire, même si les chiffres exacts sont relatifs. La semaine dernière encore, Gartner, un concurrent de Canalys, annonçait que quatorze pour cent d'appareils en moins seraient vendus cette année. Ces chiffres couvrent, il est vrai, aussi le marché des GSM, mais soulignent un impact encore nettement plus grand en terme de pourcentage.

EMEA

Si on considère les zones, Canalys fait observer que c'est l'EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) qui encaissera les coups les plus rudes. Pour l'Amérique du Nord, Canalys table sur un recul de six pour cent, contre trois pour cent seulement en Chine (et 4 pour cent de croissance en 2021) et 1 pour cent seulement dans la zone Asie-Pacifique.

Dans la zone EMEA, la réduction des ventes de PC et de tablettes devrait atteindre dix pour cent cette année, soit plus que le moyenne mondiale. Ici encore, la période la plus noire a été enregistrée au premier trimestre, alors que la régression au deuxième trimestre resterait limitée à 1 pour cent. Mais il ne sera pas encore question de reprise dans la mesure où les entreprises limitent leurs achats.

Pour l'Amérique du Sud, Canalys n'évoque aucune attente pour cette année. Le coronavirus y sévit encore fortement, et il règne un flou à propos des mesures prises, ce qui fait que le redémarrage sur le marché des PC se fera attendre plus longtemps. Pour ce trimestre, l'organisation table sur un recul de 16 pour cent.

Pour cette année, Canalys évoque une régression de sept pour cent du nombre d'ordinateurs de bureau, portables et tablettes vendus. Il serait ainsi question de 367,8 millions d'appareils contre 395,6 millions en 2019. L'année prochaine, la croissance resterait quasiment plane, alors que pour 2022, il y aurait de nouveau une progression de deux pour cent. Il faudra donc attendre encore plus longtemps avant de pouvoir à nouveau égaler les chiffres de 2019.Le principal recul a été enregistré au premier trimestre de l'année. Selon Canalys, les ventes dans les trois prochains trimestres seront encore et toujours moindres que celles de l'année dernière, mais ce sera quand même moins grave que durant les trois premier mois de la crise du corona. Cela s'explique par le redémarrage de la chaîne d'approvisionnement et de la production en Chine.Un incitant pour les ordinateurs portablesAssez étonnamment, il y a cependant aussi quelques points positifs. C'est ainsi que Canalys fait observer que si les ordinateurs de bureau pâtissent le plus de la crise, la plupart des canaux de vente ont enregistré une hausse du nombre d'ordinateurs portables écoulés. Comme beaucoup de gens doivent travailler à domicile, tant chez les entreprises que dans les familles, il y a eu le besoin de disposer de suffisamment de laptops."Le covid-19 a boosté l'industrie du PC. Malgré la progression des smartphones et des tablettes au cours des dernières années, le besoin d'ordinateurs portables performants n'a jamais été aussi prononcé", déclare Rushabh Doshi, research director chez Canalys.Il en va tout autrement pour les tablettes, surtout populaires chez les consommateurs, qui vont sérieusement régresser. Spécifiquement pour la fin de l'année, lors de la période des fêtes, l'organisation s'attend à ce que moins de consommateurs achètent une tablette. Cela s'explique en partie par l'incertitude économique qui règne. Certains appareils doivent certes être achetés, mais tant les consommateurs, les entreprises que les pouvoirs publics vont probablement postposer leurs achats.La tendance est claire, même si les chiffres exacts sont relatifs. La semaine dernière encore, Gartner, un concurrent de Canalys, annonçait que quatorze pour cent d'appareils en moins seraient vendus cette année. Ces chiffres couvrent, il est vrai, aussi le marché des GSM, mais soulignent un impact encore nettement plus grand en terme de pourcentage.EMEASi on considère les zones, Canalys fait observer que c'est l'EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) qui encaissera les coups les plus rudes. Pour l'Amérique du Nord, Canalys table sur un recul de six pour cent, contre trois pour cent seulement en Chine (et 4 pour cent de croissance en 2021) et 1 pour cent seulement dans la zone Asie-Pacifique.Dans la zone EMEA, la réduction des ventes de PC et de tablettes devrait atteindre dix pour cent cette année, soit plus que le moyenne mondiale. Ici encore, la période la plus noire a été enregistrée au premier trimestre, alors que la régression au deuxième trimestre resterait limitée à 1 pour cent. Mais il ne sera pas encore question de reprise dans la mesure où les entreprises limitent leurs achats.Pour l'Amérique du Sud, Canalys n'évoque aucune attente pour cette année. Le coronavirus y sévit encore fortement, et il règne un flou à propos des mesures prises, ce qui fait que le redémarrage sur le marché des PC se fera attendre plus longtemps. Pour ce trimestre, l'organisation table sur un recul de 16 pour cent.