L'Union européenne a mis en oeuvre une enquête exploratoire à propos de la question de savoir si Qualcomm a exploité sa position dominante sur le marché pour utiliser ce qu'on appelle des puces RFFE, qui servent à capter et à traiter les signaux radio. Qualcomm réfléchit à une réaction.

Qualcomm a déjà été deux fois mise à l'amende par la Commission européenne. En janvier 2018, l'entreprise dut verser quasiment un milliard d'euros suite à une amende infligée pour un accord qu'elle avait négocié avec Apple. Le fabricant de puces avait versé des milliards à Apple, afin que celle-ci n'achète pas à la concurrence les puces LTE pour ses iPhone et n'utilise donc que des modèles de Qualcomm.

Et l'année dernière, le fondeur s'était vu infliger une amende de 242 millions d'euros, cette fois pour dumping tarifaire. Selon la Commission, Qualcomm avait proposé quelques-unes de ses puces à un prix trop bas, afin d'évincer du marché son concurrent plus modeste Icera.

L'Union européenne a mis en oeuvre une enquête exploratoire à propos de la question de savoir si Qualcomm a exploité sa position dominante sur le marché pour utiliser ce qu'on appelle des puces RFFE, qui servent à capter et à traiter les signaux radio. Qualcomm réfléchit à une réaction.Qualcomm a déjà été deux fois mise à l'amende par la Commission européenne. En janvier 2018, l'entreprise dut verser quasiment un milliard d'euros suite à une amende infligée pour un accord qu'elle avait négocié avec Apple. Le fabricant de puces avait versé des milliards à Apple, afin que celle-ci n'achète pas à la concurrence les puces LTE pour ses iPhone et n'utilise donc que des modèles de Qualcomm. Et l'année dernière, le fondeur s'était vu infliger une amende de 242 millions d'euros, cette fois pour dumping tarifaire. Selon la Commission, Qualcomm avait proposé quelques-unes de ses puces à un prix trop bas, afin d'évincer du marché son concurrent plus modeste Icera.