Il est question ici des puces UMTS, qui connectent les smartphones et tablettes aux réseaux mobiles. Ces pratiques illégales ont eu lieu entre 2009 et 2011. Durant l'été de 2015, la Commission européenne initia une enquête formelle sur cette affaire. L'amende infligée représente quasiment 1,3 pour cent du chiffre d'affaires de Qualcomm en 2018.

"Qualcomm a vendu ces produits sous le prix de revient dans l'intention de mettre un concurrent hors jeu. L'attitude de Qualcomm a faussé la compétition et l'innovation sur ce marché", a déclaré la commissaire européenne Margrethe Vestager (en charge de la concurrence) pour expliquer l'amende.