TomTom devient toujours moins dépendante de la vente d'appareils, et cela profite à sa rentabilité. Durant le trimestre dernier, son bénéfice a augmenté, alors que son chiffre d'affaires est resté quasiment stable. Les divisions 'automotive' et 'telematics' (gestion de parcs automobiles) ont progressé, alors que le chiffre d'affaires de la division à la consommation régresse depuis des années déjà. Le semestre écoulé, la branche à la consommation a du reste enregistré un résultat d'exploitation négatif.

Pauwels est cependant convaincu que la spirale descendante peut être brisée: ''Surtout avec les wearables, nous sommes actifs sur un marché qui connaît une croissance à deux chiffres." Selon lui, TomTom dispose aussi de la connaissance et du savoir-faire requis et entretient de bons contacts avec des acteurs en vue tels Amazon et MediaMarkt pour la mise sur le marché d'équipement à la consommation. ''Nous devrions donc pouvoir inverser la tendance", estime-t-il. ''Aussi rapidement que possible."

La navigation en perte de vitesse

Pour Pauwels, ce n'est du reste pas une surprise si les ventes de boîtiers de navigation par exemple régressent depuis des années déjà: ''Lors du lancement du produit, il y a des années, nous avions déjà calculé qu'il serait une solution temporaire." Sur une base annuelle, le marché des boîtiers de navigation représente pourtant encore et toujours 7 à 8 millions d'unités. ''Le recul est ainsi moins net que prévu."

Nouveaux produits à IFA

TomTom a introduit ce jeudi au salon technologique IFA de Berlin sept nouveaux produits. Jamais encore l'entreprise n'avait lancé autant de nouveautés simultanément. Selon Pauwels, cela démontre bien l'importance que TomTom accorde à la branche à la consommation.

Les données que l'entreprise de navigation récolte via les appareils, sont aussi utilisées pour développer de nouveaux produits. Voilà pourquoi, toujours selon Pauwels, une division existe par la grâce d'une autre: ''Et cela ne changera pas."

(ANP/WK)

TomTom devient toujours moins dépendante de la vente d'appareils, et cela profite à sa rentabilité. Durant le trimestre dernier, son bénéfice a augmenté, alors que son chiffre d'affaires est resté quasiment stable. Les divisions 'automotive' et 'telematics' (gestion de parcs automobiles) ont progressé, alors que le chiffre d'affaires de la division à la consommation régresse depuis des années déjà. Le semestre écoulé, la branche à la consommation a du reste enregistré un résultat d'exploitation négatif.Pauwels est cependant convaincu que la spirale descendante peut être brisée: ''Surtout avec les wearables, nous sommes actifs sur un marché qui connaît une croissance à deux chiffres." Selon lui, TomTom dispose aussi de la connaissance et du savoir-faire requis et entretient de bons contacts avec des acteurs en vue tels Amazon et MediaMarkt pour la mise sur le marché d'équipement à la consommation. ''Nous devrions donc pouvoir inverser la tendance", estime-t-il. ''Aussi rapidement que possible."La navigation en perte de vitessePour Pauwels, ce n'est du reste pas une surprise si les ventes de boîtiers de navigation par exemple régressent depuis des années déjà: ''Lors du lancement du produit, il y a des années, nous avions déjà calculé qu'il serait une solution temporaire." Sur une base annuelle, le marché des boîtiers de navigation représente pourtant encore et toujours 7 à 8 millions d'unités. ''Le recul est ainsi moins net que prévu."Nouveaux produits à IFATomTom a introduit ce jeudi au salon technologique IFA de Berlin sept nouveaux produits. Jamais encore l'entreprise n'avait lancé autant de nouveautés simultanément. Selon Pauwels, cela démontre bien l'importance que TomTom accorde à la branche à la consommation.Les données que l'entreprise de navigation récolte via les appareils, sont aussi utilisées pour développer de nouveaux produits. Voilà pourquoi, toujours selon Pauwels, une division existe par la grâce d'une autre: ''Et cela ne changera pas."(ANP/WK)