L'appli Parler extrêmement populaire auprès des gens de droite se qualifie elle-même de plate-forme sur laquelle on peut s'exprimer sans censure ou intervention quelconque d'autrui. Via le service américain, des adeptes de Trump notamment auraient été incités à utiliser la violence lors de la ruée vers le Capitole.

Trop peu de changements

Apple avait précédemment déjà exclu l'application de son App Store, après que Parler n'ait pas effectué d'adaptations lors du contrôle des messages qu'on y poste. Sur Parler, on trouverait en effet trop d'incitations à la violence. Après une vérification approfondie, Apple affirme à présent que trop peu de changements ont été effectués. Selon la firme technologique, il n'y a pas de place dans l'App Store pour 'du contenu haineux, raciste et discriminatoire', comme elle l'a fait savoir à Parler.

Parler même a licencié hier mercredi ses trois développeurs restants pour le système d'exploitation iOS de l'iPhone, selon l'agence Bloomberg. L'entreprise s'est en tout séparée de sept collaborateurs. En plus des développeurs, il s'agirait de personnes s'occupant de Parler TV, ainsi que de contrôleurs de qualité.

Parler a été mise hors ligne après les troubles au Capitole. Amazon Web Services a coupé tout lien avec Parler, alors que Google et Apple ont banni l'appli de leur offre mobile. Le site web Parler a, lui, été remis en ligne en février avec le soutien de l'entreprise d'hébergement dans le nuage SkySilk. Parler s'est abstenu de tout commentaire.

L'appli Parler extrêmement populaire auprès des gens de droite se qualifie elle-même de plate-forme sur laquelle on peut s'exprimer sans censure ou intervention quelconque d'autrui. Via le service américain, des adeptes de Trump notamment auraient été incités à utiliser la violence lors de la ruée vers le Capitole.Trop peu de changementsApple avait précédemment déjà exclu l'application de son App Store, après que Parler n'ait pas effectué d'adaptations lors du contrôle des messages qu'on y poste. Sur Parler, on trouverait en effet trop d'incitations à la violence. Après une vérification approfondie, Apple affirme à présent que trop peu de changements ont été effectués. Selon la firme technologique, il n'y a pas de place dans l'App Store pour 'du contenu haineux, raciste et discriminatoire', comme elle l'a fait savoir à Parler.Parler même a licencié hier mercredi ses trois développeurs restants pour le système d'exploitation iOS de l'iPhone, selon l'agence Bloomberg. L'entreprise s'est en tout séparée de sept collaborateurs. En plus des développeurs, il s'agirait de personnes s'occupant de Parler TV, ainsi que de contrôleurs de qualité.Parler a été mise hors ligne après les troubles au Capitole. Amazon Web Services a coupé tout lien avec Parler, alors que Google et Apple ont banni l'appli de leur offre mobile. Le site web Parler a, lui, été remis en ligne en février avec le soutien de l'entreprise d'hébergement dans le nuage SkySilk. Parler s'est abstenu de tout commentaire.