Des rumeurs de rachat de KPN circulent depuis assez longtemps déjà. Récemment, The Wall Street Journal signala que le suédois EQT et l'américain Stonepeak étaient en train de préparer une offre conjointe. Ils étaient prêts à débourser 12,5 milliards d'euros pour acquérir le numéro un du marché néerlandais des télécommunications. Ils voulaient aussi éponger l'endettement de plusieurs milliards de l'entreprise, ce qui aurait amené la valeur totale de celle-ci à 18 milliards d'euros environ.

Mais pour un rachat réussi de KPN, il faut aussi pouvoir compter sur la collaboration de l'Etat néerlandais et évidemment de KPN même. Or le directeur de KPN, Joost Farweck, avait précédemment déjà affirmé que d'une manière générale, son entreprise s'en tirait bien sur le plan financier et n'avait donc pas besoin de l'aide d'investisseurs.

Analyse scrupuleuse

L'offre a été scrupuleusement analysée, selon KPN. Mais l'entreprise estime qu'elle ne contribuera pas énormément à atteindre les objectifs stratégiques qu'elle s'est fixés. Voilà pourquoi le conseil d'administration de KPN a décidé de la rejeter. En fin de compte, il n'y a pas eu la moindre négociation avec les investisseurs susmentionnés.

Des rumeurs de rachat de KPN circulent depuis assez longtemps déjà. Récemment, The Wall Street Journal signala que le suédois EQT et l'américain Stonepeak étaient en train de préparer une offre conjointe. Ils étaient prêts à débourser 12,5 milliards d'euros pour acquérir le numéro un du marché néerlandais des télécommunications. Ils voulaient aussi éponger l'endettement de plusieurs milliards de l'entreprise, ce qui aurait amené la valeur totale de celle-ci à 18 milliards d'euros environ.Mais pour un rachat réussi de KPN, il faut aussi pouvoir compter sur la collaboration de l'Etat néerlandais et évidemment de KPN même. Or le directeur de KPN, Joost Farweck, avait précédemment déjà affirmé que d'une manière générale, son entreprise s'en tirait bien sur le plan financier et n'avait donc pas besoin de l'aide d'investisseurs.L'offre a été scrupuleusement analysée, selon KPN. Mais l'entreprise estime qu'elle ne contribuera pas énormément à atteindre les objectifs stratégiques qu'elle s'est fixés. Voilà pourquoi le conseil d'administration de KPN a décidé de la rejeter. En fin de compte, il n'y a pas eu la moindre négociation avec les investisseurs susmentionnés.