Bloomberg se base sur des sources anonymes signalant que les entretiens se situent encore à un stade précoce entre les deux parties. Il n'y a donc pas encore d'offre formelle émise.

KPN est le principal opérateur télécom néerlandais et ex-monopoliste. Des rumeurs de rachat de l'entreprise se manifestent régulièrement. C'est ainsi que l'année dernière encore, on évoquait un intérêt canadien.

Mais il n'est pas possible de reprendre l'entreprise en y injectant simplement de l'argent, car la structure en actions de KPN fait en sorte qu'il est malaisé d'arriver à ses fins par une offre hostile. Après une tentative de rachat en 2013 par le Mexicain Carlos Slim, c'est le gouvernement néerlandais lui-même qui l'en empêcha. Si EQT souhaite reprendre KPN, il doit donc présenter non seulement un plan, mais aussi une offensive de charme capables de convaincre tant KPN proprement dite que le gouvernement néerlandais.

Bloomberg se base sur des sources anonymes signalant que les entretiens se situent encore à un stade précoce entre les deux parties. Il n'y a donc pas encore d'offre formelle émise.KPN est le principal opérateur télécom néerlandais et ex-monopoliste. Des rumeurs de rachat de l'entreprise se manifestent régulièrement. C'est ainsi que l'année dernière encore, on évoquait un intérêt canadien.Mais il n'est pas possible de reprendre l'entreprise en y injectant simplement de l'argent, car la structure en actions de KPN fait en sorte qu'il est malaisé d'arriver à ses fins par une offre hostile. Après une tentative de rachat en 2013 par le Mexicain Carlos Slim, c'est le gouvernement néerlandais lui-même qui l'en empêcha. Si EQT souhaite reprendre KPN, il doit donc présenter non seulement un plan, mais aussi une offensive de charme capables de convaincre tant KPN proprement dite que le gouvernement néerlandais.