Fin septembre, Ted Livingston, le fondateur et CEO de l'entreprise Kik Interactive, déclarait vouloir se concentrer sur sa monnaie virtuelle Kin. Voilà pourquoi Il annonçait la fin de l'appli de clavardage Kik et le licenciement de quatre cinquièmes de son personnel.

Cette décision est à présent contredite. Sur Twitter, Kik annonce en effet que son appli non seulement continuera d'exister, mais s'étoffera même. Voilà qui contraste complètement avec les déclarations du CEO Livingston le 7 octobre, lorsqu'il affirmait qu'il avait peut-être trouvé un repreneur. Fin septembre, il indiquait lui-même encore que Kik serait interrompue le 19 octobre.

La raison exacte de cette tumultueuse communication n'est pas claire, mais le fait est que Kik est encore et toujours en litige avec le contrôleur boursier américain SEC. Ce dernier reproche à l'entreprise de tenter de récolter de manière frauduleuse de l'argent avec sa monnaie virtuelle, ce que conteste Kik Interactive.