Voilà ce qu'affirme Pat Gelsinger, CEO d'Intel, suite à un entretien entre directeurs de firmes technologiques et la Maison Blanche. L'industrie mondiale souffre depuis des mois déjà d'une forte carence de semi-conducteurs et d'autres puces, ce qui fait que les constructeurs automobiles notamment accumulent les retards de production. Cette pénurie est à présent suffisamment importante pour que le président américain s'en préoccupe.

La proposition de Gelsinger consiste à convertir une partie de la capacité de production d'Intel en semi-conducteurs pour l'industrie automobile. L'entreprise est actuellement surtout active dans les puces pour serveurs et téléphones mobiles. Précédemment déjà, Gelsinger avait annoncé qu'il ferait en sorte que des usines de son entreprise produisent des puces pour des tiers, en ce compris donc des constructeurs automobiles.

Intel va notamment injecter 20 milliards de dollars dans de nouvelles usines de puces dans l'état d'Arizona, selon Gelsinger. En outre, Gelsinger a aussi demandé au gouvernement américain d'investir fortement en vue de ramener une partie de la production de semi-conducteurs aux Etats-Unis.

Un problème politique

Actuellement, 12 pour cent des semi-conducteurs sont fabriqués aux Etats-Unis, alors qu'une importante majorité de la production s'effectue chez TSMC à Taïwan et chez Samsung en Corée du Sud. Une série de périodes de sécheresse et de tremblements de terre, en combinaison avec une demande de puces en forte hausse, ont provoqué ces derniers mois de sérieuses carences entraînant à leur tour des retards de production dans une série de secteurs utilisant des puces. C'est le secteur automobile qui est le plus durement touché.

De plus, les tensions politiques avec la Chine préoccupent également les dirigeants américains. L'île de Taïwan est en effet considérée par la Chine comme un territoire chinois, ce que conteste Taïwan même. Et les récentes évolutions à Hong Kong ont montré que le gouvernement chinois actuel n'hésitera pas à l'annexer.

Les investissements consentis actuellement dans le secteur devraient à l'avenir assurer la production aux Etats-Unis, selon Gelsinger. 'Je pense que la principale pierre angulaire de notre maintien économique et que chaque aspect de la vie humaine échappent désormais toujours plus à notre contrôle', déclare-t-il au site d'infos Axios.

Voilà ce qu'affirme Pat Gelsinger, CEO d'Intel, suite à un entretien entre directeurs de firmes technologiques et la Maison Blanche. L'industrie mondiale souffre depuis des mois déjà d'une forte carence de semi-conducteurs et d'autres puces, ce qui fait que les constructeurs automobiles notamment accumulent les retards de production. Cette pénurie est à présent suffisamment importante pour que le président américain s'en préoccupe.La proposition de Gelsinger consiste à convertir une partie de la capacité de production d'Intel en semi-conducteurs pour l'industrie automobile. L'entreprise est actuellement surtout active dans les puces pour serveurs et téléphones mobiles. Précédemment déjà, Gelsinger avait annoncé qu'il ferait en sorte que des usines de son entreprise produisent des puces pour des tiers, en ce compris donc des constructeurs automobiles.Intel va notamment injecter 20 milliards de dollars dans de nouvelles usines de puces dans l'état d'Arizona, selon Gelsinger. En outre, Gelsinger a aussi demandé au gouvernement américain d'investir fortement en vue de ramener une partie de la production de semi-conducteurs aux Etats-Unis.Actuellement, 12 pour cent des semi-conducteurs sont fabriqués aux Etats-Unis, alors qu'une importante majorité de la production s'effectue chez TSMC à Taïwan et chez Samsung en Corée du Sud. Une série de périodes de sécheresse et de tremblements de terre, en combinaison avec une demande de puces en forte hausse, ont provoqué ces derniers mois de sérieuses carences entraînant à leur tour des retards de production dans une série de secteurs utilisant des puces. C'est le secteur automobile qui est le plus durement touché.De plus, les tensions politiques avec la Chine préoccupent également les dirigeants américains. L'île de Taïwan est en effet considérée par la Chine comme un territoire chinois, ce que conteste Taïwan même. Et les récentes évolutions à Hong Kong ont montré que le gouvernement chinois actuel n'hésitera pas à l'annexer.Les investissements consentis actuellement dans le secteur devraient à l'avenir assurer la production aux Etats-Unis, selon Gelsinger. 'Je pense que la principale pierre angulaire de notre maintien économique et que chaque aspect de la vie humaine échappent désormais toujours plus à notre contrôle', déclare-t-il au site d'infos Axios.