Le fait que la production de puces informatiques, que ce soit pour les voitures, les consoles de jeu, les ordinateurs ou autres, soit mise sous pression, est un euphémisme. Au niveau mondial, il y a depuis des mois déjà une pénurie obligeant plusieurs constructeurs automobiles à interrompre momentanément leur production.

La Semiconductor Industry Association, l'association sectorielle qui regroupe la plupart des acteurs américains, sort à présent une étude que l'agence Reuters a pu consulter. Celle-ci confirme que la chaîne d'approvisionnement du secteur est particulièrement vulnérable, parce que de nombreux fournisseurs sont concentrés dans des zones spécifiques.

L'étude cite cinquante points dans la chaîne d'approvisionnement où une seule zone dispose de plus de 65 pour cent de parts de marché. C'est ainsi que la propriété intellectuelle et le software pour le design des puces se trouvent surtout aux Etats-Unis, alors que certains gaz pour le processus de fabrication viennent surtout d'Europe et que la production proprement dite s'effectue quasi totalement en Asie, dont 92 pour cent à Taïwan.

Sécheresse, pannes de courant et tensions géopolitiques

Même indépendamment de la crise du corona, il est apparu l'année dernière combien ce marché était vulnérable. En 2020, la demande a été nettement supérieure à ce que Taïwan pouvait produire. Aujourd'hui, ce pays est aux prises avec une sécheresse, ce qui impacte la production.

Au début de cette année, il y eut aussi des problèmes aux Etats-Unis. C'est ainsi qu'au Texas, plusieurs fabricants durent arrêter leur production en raison du froid et de pannes de courant. Le mois dernier est venu s'ajouter un incendie au sein de l'entreprise japonaise Renesas, un important fournisseur de puces pour le secteur automobile.

Mais même lorsqu'il n'y a pas de catastrophes, on recense des tensions géopolitiques. Pensons ici aux Etats-Unis qui veulent éviter un transfert de la technologie des puces américaine vers la Chine, ce qui met la pression là aussi sur la production de certains acteurs tels Huawei.

Pas bon marché

Il en résulte que le secteur est particulièrement vulnérable. L'association affirme que si Taïwan ne pouvait plus fournir de puces pendant un an, le secteur perdrait un demi-billion de dollars de chiffre d'affaires.

Mettre en place une chaîne de production identique en Europe, aux Etats-Unis, en Asie, etc. n'est cependant pas évident. Cela reviendrait à 1,2 billion de dollars, incluant 450 milliards de dollars de coût rien que pour les Etats-Unis, ce qui provoquerait une nette hausse du prix des puces informatiques.

Le fait que la production de puces informatiques, que ce soit pour les voitures, les consoles de jeu, les ordinateurs ou autres, soit mise sous pression, est un euphémisme. Au niveau mondial, il y a depuis des mois déjà une pénurie obligeant plusieurs constructeurs automobiles à interrompre momentanément leur production.La Semiconductor Industry Association, l'association sectorielle qui regroupe la plupart des acteurs américains, sort à présent une étude que l'agence Reuters a pu consulter. Celle-ci confirme que la chaîne d'approvisionnement du secteur est particulièrement vulnérable, parce que de nombreux fournisseurs sont concentrés dans des zones spécifiques.L'étude cite cinquante points dans la chaîne d'approvisionnement où une seule zone dispose de plus de 65 pour cent de parts de marché. C'est ainsi que la propriété intellectuelle et le software pour le design des puces se trouvent surtout aux Etats-Unis, alors que certains gaz pour le processus de fabrication viennent surtout d'Europe et que la production proprement dite s'effectue quasi totalement en Asie, dont 92 pour cent à Taïwan.Sécheresse, pannes de courant et tensions géopolitiquesMême indépendamment de la crise du corona, il est apparu l'année dernière combien ce marché était vulnérable. En 2020, la demande a été nettement supérieure à ce que Taïwan pouvait produire. Aujourd'hui, ce pays est aux prises avec une sécheresse, ce qui impacte la production.Au début de cette année, il y eut aussi des problèmes aux Etats-Unis. C'est ainsi qu'au Texas, plusieurs fabricants durent arrêter leur production en raison du froid et de pannes de courant. Le mois dernier est venu s'ajouter un incendie au sein de l'entreprise japonaise Renesas, un important fournisseur de puces pour le secteur automobile.Mais même lorsqu'il n'y a pas de catastrophes, on recense des tensions géopolitiques. Pensons ici aux Etats-Unis qui veulent éviter un transfert de la technologie des puces américaine vers la Chine, ce qui met la pression là aussi sur la production de certains acteurs tels Huawei.Pas bon marchéIl en résulte que le secteur est particulièrement vulnérable. L'association affirme que si Taïwan ne pouvait plus fournir de puces pendant un an, le secteur perdrait un demi-billion de dollars de chiffre d'affaires.Mettre en place une chaîne de production identique en Europe, aux Etats-Unis, en Asie, etc. n'est cependant pas évident. Cela reviendrait à 1,2 billion de dollars, incluant 450 milliards de dollars de coût rien que pour les Etats-Unis, ce qui provoquerait une nette hausse du prix des puces informatiques.