Sans le soutien des autorités américaines et européennes, il s'avère plus intéressant d'ouvrir une usine en Asie, selon Gelsinger.

Gelsinger a rencontré vendredi dernier à Bruxelles le commissaire européen Thierry Breton à propos de la production de puces. Au niveau mondial, il y a en effet une pénurie de puces en raison de la demande croissante en provenance des constructeurs automobiles et des fabricants de téléphones mobiles. Outre un investissement de 20 milliards aux Etats-Unis, Gelsinger envisage aussi une usine de puces en Europe. Celle-ci devrait contribuer au projet de Breton de doubler la part de l'Europe dans la production mondiale de puces au cours de la décennie à venir, pour l'amener à 20 pour cent.

Dans un entretien avec le ministre allemand de l'économie et de l'énergie, Peter Altmaier, Gelsinger a évoqué l'Allemagne et les pays du Benelux comme emplacements possibles de la nouvelle usine de puces. 'Si vous vous fixez en Europe, vous voulez que ce soit sur le continent européen d'un point de vue géopolitique', a-t-il déclaré.

Constructeurs automobiles

Lors de sa visite en Allemagne, Gelsinger a également rencontré des représentants de BMW et de la firme télécom Deutsche Telekom. D'après les rumeurs, il se serait aussi rendu au siège de Volkswagen, mais cela n'a pu être confirmé par un porte-parole d'Intel.

Sans le soutien des autorités américaines et européennes, il s'avère plus intéressant d'ouvrir une usine en Asie, selon Gelsinger.Gelsinger a rencontré vendredi dernier à Bruxelles le commissaire européen Thierry Breton à propos de la production de puces. Au niveau mondial, il y a en effet une pénurie de puces en raison de la demande croissante en provenance des constructeurs automobiles et des fabricants de téléphones mobiles. Outre un investissement de 20 milliards aux Etats-Unis, Gelsinger envisage aussi une usine de puces en Europe. Celle-ci devrait contribuer au projet de Breton de doubler la part de l'Europe dans la production mondiale de puces au cours de la décennie à venir, pour l'amener à 20 pour cent.Dans un entretien avec le ministre allemand de l'économie et de l'énergie, Peter Altmaier, Gelsinger a évoqué l'Allemagne et les pays du Benelux comme emplacements possibles de la nouvelle usine de puces. 'Si vous vous fixez en Europe, vous voulez que ce soit sur le continent européen d'un point de vue géopolitique', a-t-il déclaré.Constructeurs automobilesLors de sa visite en Allemagne, Gelsinger a également rencontré des représentants de BMW et de la firme télécom Deutsche Telekom. D'après les rumeurs, il se serait aussi rendu au siège de Volkswagen, mais cela n'a pu être confirmé par un porte-parole d'Intel.