Le test démarre cette semaine et implique que les utilisateurs voient apparaître lors d'un post le nom d'utilisateur de quelqu'un qui l'a aimé, à côté de 'et d'autres'. Avant, chaque post s'accompagnait d'un nombre représentant la quantité de 'likes'. Celui/celle qui a publié le post, pourra cependant encore et toujours connaître le nombre de 'j'aime' qu'il a suscités.

En mai déjà, Instagram expérimenta le système au Canada, mais étend à présent le test à l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Irlande, l'Italie, le Japon et le Brésil. L'objectif serait de diminuer la pression sociale sur les utilisateurs d'Instagram. En fait, les médias sociaux contribueraient à réduire l'estime de soi et à générer des sentiments d'infériorité chez les jeunes, par exemple si leur selfie attire nettement moins de 'j'aime' que celui d'un(e) ami(e).