Instagram envisagerait de supprimer les 'likes' des messages postés. C'est ce qui ressort de saisies d'écran que la chercheuse Jane Manchun Wong a mis sur Twitter.

Le système actuel permet pour chaque message posté de connaître son degré de popularité en indiquant le nombre de 'likes'. Mais dans le système qui serait testé à présent, ce nombre serait caché, et l'utilisateur ne verrait plus que quelques noms d'autres personnes qui ont apprécié son message. Seul l'auteur du message connaîtrait le nombre de 'j'aime' que ce dernier a suscités. "Nous voulons que vos suiveurs se concentrent sur ce que vous partagez et pas sur le nombre de 'j'aime' que votre message a engendrés", peut-on lire dans la fenêtre émergente faisant partie du test.

Image de soi

Il est possible que cette mesure s'inscrive dans un projet plus large consistant à utiliser plus sciemment les médias sociaux. Des chercheurs indiquent depuis assez longtemps déjà que le multi-usage des médias sociaux n'est pas bon pour la santé mentale, et que les 'likes' liés à un message diminueraient l'image que l'utilisateur a de lui. L'idée sous-jacente, c'est que l'image de soi est déterminée par la popularité d'un message et qu'une pression s'installe ensuite en vue de poster de nouveaux messages suscitant eux aussi des 'j'aime'.

Même si cela peut paraître une intervention assez bénigne, sa mise en application pourrait rendre la vie nettement plus difficile aux 'influenceurs', comme on les appelle. N'oublions pas qu'Instagram est en partie ce qu'elle est aujourd'hui grâce à ces personnes, qui gagnent souvent leur vie de par leur popularité sur les médias sociaux. Or tous ces 'likes' sont importants pour elles, parce qu'elles savent ainsi combien elles peuvent demander pour une publicité.

De son côté, Instagram dément à plusieurs médias effectuer actuellement des tests de dissimulation des 'j'aime', mais elle ne confirme ni n'infirme en avoir fait dans le passé déjà. Au magazine technologique TechCrunch, l'entreprise explique "être toujours à la recherche de façons de réduire la pression qui s'exerce sur elle".

L'idée de supprimer les 'j'aime' n'est du reste pas nouvelle. Twitter aurait également envisagé de les dissimuler, ainsi que les 'retweets', afin de rendre la plate-forme moins sensible aux abus et de combattre une sorte de 'mentalité grégaire', par laquelle des utilisateurs sont submergés de réactions négatives.